Portrait de Khalid Kishtainy, par Emad Altaay. (thetanjara.blogspot.com)

Dans un article intitulé « Il y a suicide et suicide » du quotidien Al-Sharq Al-Awsat basé à Londres, le chroniqueur et écrivain irakien Khalid Kishtainy compare les scientifiques d’un projet spatial occidental qui prévoient d’embarquer dans un voyage en aller-simple sur Mars [1] aux auteurs d’attentats-suicides au Moyen-Orient.

Selon lui, les premiers plannifient de sacrifier leurs vies pour la science et l’humanité, tandis que les seconds gâchent leurs vies au nom de l’ignorance, tout en tuant des douzaines de gens.

Extraits : [2]

Alors que la plupart des pays arriérés se préoccupent d’inepties, d’atrocités et de l’Etat islamique [EI], en Occident, cent scientifiques dotés des meilleurs diplômes académiques sont formés, afin d’en sélectionner cinq, hommes et femmes, pour un voyage impressionnant dans l’espace. [Durant ce périple] ils voyageront parmi les étoiles, les météores et les comètes des cieux, et six mois plus tard, ils arriveront sur Mars et s’y poseront. Ils seront équipés des outils scientifiques les plus perfectionnés, afin de réaliser plusieurs types d’expériences sur le sol martien, sur les pierres et l’environnement, dont les résultats seront envoyés à leurs collègues scientifiques terriens, accompagnés de leurs commentaires, leurs observations et leurs découvertes. Un jour, nous en entendrons parler et nous serons très impressionnés…

Un des buts des scientifiques est de découvrir s’il y a des créatures, ou une quelconque trace de vie sur Mars ; plantes, animaux ou insectes. Leur vaisseau spatial utilisera tout le carburant qu’il possède pour les conduire à cette destination perdue, ils ne pourront donc pas retourner sur Terre. Ils mourront là-bas et créeront ainsi le premier cimetière humain sur Mars.

La situation serait différente s’il trouvaient de l’oxygène et de l’eau sur Mars, s’ils semaient et [cultivaient] de la nourriture pour subsister, et s’ils adoptaient et fondaient une nouvelle société, puis plus tard une civilisation martienne. J’espère qu’il s’agira d’une société plus sûre et plus civilisée que la nôtre, car, après tout, aucun des cinq [scientifiques] n’appartient à l’EI ou à tout autre organisation extrémiste.

Ce groupe d’éminents scientifiques de choix décollera pour une [mission] suicide, sachant qu’ils ne retourneront jamais sur Terre. Ils voyageront dans l’espace, et leur vaisseau spatial continuera d’errer dans les profondeurs infinies de l’espace, rejoignant les blocs de roche et les étoiles qui encerclent les soleils de l’univers infini.

Ces scientifiques accomplissent cette mission au service de la connaissance et de la science, tout comme les [explorateurs] du XIXe siècle, qui ont voyagé au pôle Sud et ont péri là-bas, en quête de connaissance et de découvertes, et tout comme les médecins qui risquent leurs vies en s’injectant eux-mêmes les produits les plus dangereux dans le but d’épargner à l’humanité les maladies.

Oui, nous aussi nous avons des hommes qui veulent se suicider. Vous les trouverez partout : en Somalie, en Irak, en Syrie, en Egypte et en Libye, s’attachant des centures explosives autour de leurs ventres pour ensuite les faire exploser, sacrifiant leurs vies et leur jeunesse. Et au nom de quoi ? De l’ignorance et de l’illettrisme. Avec eux meurent des douzaines d’innocents qui ne les connaissent même pas et qui n’ont rien à voir avec leurs opinions, leurs rêves et leurs illusions.

L’un comme l’autre [le scientifique et le terroriste] se suicident ! Mais ô combien abyssale est la différence entre les deux et entre leurs actes ! Les Occidentaux ont atterri sur la Lune, mais ne s’en contentent pas, à présent, ils atterriront sur Mars. Alors que les extrémistes sont occupés à accuser d’hérésie tous ceux qui sont en désaccord avec eux.

Notes :

[1] Kishtainy fait apparemment référence à l’initiative de Mars One, une organisation à but non lucratif basée aux Pays-Bas, qui a prévu d’envoyer les premiers humains sur Mars et d’établir une colonie humaine permanente d’ici 2027.

[2] Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 26 mai 2015

http://www.memri.fr/2015/05/18/un-chroniqueur-irakien-en-occident-les-gens-sacrifient-leurs-vies-pour-la-science-et-lhumanite-tandis-quau-moyen-orient-les-terroristes-suicides-se-sacrifient-pour-tuer-d/

Retour à l'accueil