Chaque année, au Pakistan, ce sont environ 1 000 jeunes filles chrétiennes et hindoues qui sont enlevées et violées par des musulmans radicaux, contraintes à contracter un mariage islamique et parfois tuées : tel est le lourd bilan que tracent à l’Agence Fides des sources de l’Eglise catholique et de la société civile du Pakistan telles que la Commission pour les Droits de l’homme du Pakistan.


Aux minorités religieuses, expliquent des sources de Fides, « la justice n’est pas garantie devant les tribunaux : il s’agit d’une très grave lacune de l’Etat de droit et c’est là l’une des principales causes de souffrance et de persécution ». En outre, les femmes au Pakistan vivent dans une condition d’infériorité : seuls 8% des femmes reçoivent une instruction et les enfants à naître de sexe féminin font souvent l’objet d’avortements. Les femmes chrétiennes portent de plus la marque de leur appartenance à une minorité religieuse : elles sont les plus faibles et les plus vulnérables. Elles subissent des abus mais doivent garder le silence sous peine d’autres violences contre leurs familles.


Parmi les cas les plus récents signalés à l’Agence Fides, tous advenus au Punjab, se trouve celui de Farah Hatim, une jeune catholique enlevée, convertie de force à l’islam et contrainte à épouser un musulman dans la ville de Rahim Yar Khan, dans le sud du Punjab (voir Fides 25/06/2011) en faveur de laquelle un certain nombre d’ONG chrétiennes ont demandé l’intervention de la Commission de l’ONU chargée des Droits de l’homme.
En mai 2011, Rebbecca Masih et Saima Masih, deux jeunes chrétiennes, ont été enlevées par un groupe de musulmans et contraintes à se convertir à l’islam dans le district de Jhung, zone de Faisalabad. Sidra Bibi, adolescente chrétienne de 14 ans du district de Sheikhupura, qui a subi des abus physiques et psychologiques, est tombée enceinte. Ayant réussi à échapper à son bourreau, elle est revenue, dans un état de prostration, dans sa famille.

 

La police s’est refusée à enregistrer sa plainte. Deux autres jeunes filles chrétiennes, Uzma Bibi, 15 ans, de Gulberg et Sairi Bibi, 20 ans, infirmière de Lahore, ont été prises de force par des voisins musulmans, converties à l’islam et contraintes à contracter un mariage islamique.


En 2010, Fides a raconté l’histoire de Kiran Nayyaz, adolescente catholique de 13 ans de Faisalabad, enceinte à la suite de violences sexuelles et qui a donné le jour à un enfant malformé. Shazia Bashir, adolescente chrétienne de 12 ans, a été violée et assassinée en janvier 2010. Chaudhry Naeem, le riche avocat musulman auteur du crime, a été acquitté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Agence Fides/ Observatoire de la christianophobie

Retour à l'accueil