Dans une vidéo, Ayman al-Zawahri, l'actuel chef d'Al-Qaida a appelé le nouveau pouvoir libyen à fonder un Etat islamique. Il demande également aux Algériens de se révolter contre leur président.

Ayman al-Zawahri a également salué la triple attaque qui a coûté la vie à huit Israéliens le 18 septembre.

Ayman al-Zawahri a également salué la triple attaque qui a coûté la vie à huit Israéliens le 18 septembre. © KEYSTONE

 

 

 

 

Le chef d'Al-Qaida Ayman al-Zawahri appelle le nouveau pouvoir libyen à créer un Etat islamique et exhorte les Algériens à se révolter contre leur président, dans une vidéo diffusée mercredi sur Internet.

LE CAIRE (AP) — Le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahri appelle le nouveau pouvoir libyen à créer un Etat islamique et exhorte les Algériens à se révolter contre leur président, dans une vidéo diffusée mercredi sur Internet.

 

Dans l'enregistrement de 13 minutes, Al-Zawahri met en garde les révolutionnaires libyens contre des "complots occidentaux". "La première chose que l'OTAN vous demandera de faire, c'est de renoncer à votre islam et à ne pas appliquer la loi islamique de la charia", affirme le successeur d'Oussama ben Laden. "Ils veulent que les laïcs et les athées qui n'acceptent pas la charia dirigent le monde islamique."

Le chef du réseau terroriste, qui apparaît en robe et turban blancs, appelle également les Algériens à se révolter contre leur président Abdelaziz Bouteflika en s'inspirant des soulèvements arabes en Egypte et en Tunisie. "Pourquoi ne vous révoltez-vous contre la tyrannie, lions algériens?", demande-t-il.

 

Il salue aussi la triple attaque qui a coûté la vie à huit Israéliens le 18 septembre, près d'Eilat (sud d'Israël). La vidéo, intitulée "Et les défaites des Américains continuent", a été diffusée sur des sites Web islamistes.

Al-Qaïda s'oppose depuis longtemps aux dirigeants arabes autoritaires qu'il considère comme impies, corrompus et trop proches des Etats-Unis, prônant leur remplacement par des Etats islamiques. Les soulèvements du "printemps arabe" sont toutefois largement conduits par des partisans de la liberté, des droits de l'homme et de la démocratie.

 

 

 

 

 

 

 

NouvelObs AP

lma/v348

Retour à l'accueil