Sur le site Sharia4Hind (maintenant bloqué en Inde sur ordre de la Haute Cour de New Delhi), le britannique Choudary et le libanais Bakri incitent les musulmans de l'Inde à se soulever pour transformer le pays en état islamique régi par la charia. Une conférence de presse par videoconférence aura lieu le 2 mars à New Delhi.

Choudary a demandé un visa pour l'Inde en vue d'une manifestation devant le Parlement indien le 3 mars. L'article ci-dessous indique que la manifestation a été annulée. Or dans un Tweet posté le lendemain de sa publication, Tejinder Pal Singh, cité dans l'article, indique que Choudary aurait obtenu un visa suite au versement d'un pot de vin à la soeur de Sonia Gandhi par un gouvernement arabe. De plus, en date d'aujourd'hui, le site Shariah4Hind rapporte une conversation téléphonique entre le président du groupe, Abu Baraa, et le commissaire de police Kuruvilla de Delhi, également cité dans l'article. Le commissaire de police aurait demandé que la manifestation du 3 mars se tienne à une certaine distance du Parlement indien, ce à quoi Baraa aurait répliqué que ce n'est pas à lui de décider mais à allah. La manifestation aura-t-elle lieu ? Choudary peut-il être accusé, en Grande-Bretagne, de fomenter la sédition contre le gouvernement légitime d'un pays étranger ?

Sharia-for-hind-choudary
_____________________

La police de Delhi n'a pas l'intention d'empêcher les fondateurs du site bloqué Shariah4Hind d'aller de l'avant avec la conférence de presse par vidéoconférence prévue pour le 2 mars.

Selon le programme du groupe, Anjem Choudary, juge de la charia auto-proclamé basé au Royaume-Uni, et Abu Bakri Muhammad, fondateur du groupe interdit Al-Muhajiroun, prendront la parole lors d’une conférence de presse à Delhi. [...]

Comment peut-on émettre un visa à un individu qui compte se livrer à des activités anti-nationales ?

Un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères a déclaré que le ministère était au courant de l'affaire. «Comment peut-on émettre un visa à un individu qui compte se livrer à des activités anti-nationales ?», a demandé la source. Le Commissaire de police de New Delhi, S. Kuruvilla, a dit à notre journal que la police n'avait pas l'intention d'empêcher la conférence de presse. «N’importe qui peut tenir une conférence de presse par vidéoconférence. Comment pouvons-nous empêcher cela ?», a-t-il demandé. Il a cependant confirmé à ce journal que le rassemblement du 3 mars n’aurait pas lieu. «Aucune permission ne nous a été demandée à l’avance pour cette manifestation : elle est donc annulée», a-t-il dit.

Selon le programme du groupe, promu sur son site Web maintenant bloqué, les orateurs de la conférence de presse vont vraisemblablement inciter à la haine et prôner la sédition contre l’État. Sur son site Web personnel, Choudary dit avoir répondu au jugement de la Haute Cour de Delhi ordonnant à la police d’enquêter sur le groupe, de bloquer le site et d'annuler le rassemblement.

Dans son adresse, Choudary prévient que l'appel à l’implantation de la charia en Inde ne peut pas être arrêté. Il invoque le Cachemire, le Gujarat et Babri Masjid pour inciter les membres de la communauté à se soulever sans craindre de perdre leur vie ou leur liberté, et à occuper le centre de Delhi jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites. Leur programme prévoit également la destruction des déités de l'Inde et contient une fatwa contre les partis politiques.

Pour la première fois en 60 ans, une organisation a ouvertement déclaré la guerre à l’État indien

Tejinder Pal Singh Bagga, président de Bhagat Singh Kranti Sena, est l’un de ceux qui avaient déposé un recours devant la Haute Cour de Delhi. Il a envoyé un memorandum au Commissaire de police de Delhi samedi pour demander que le site Web personnel de Choudary soit également bloqué parce qu’il incite à la haine et à la poursuite du programme de Shariah4Hind. Navaid Hamid, membre du Conseil national à l’intégration, a écrit au ministre fédéral de l’Intérieur à ce sujet. Il a déclaré : «Pour la première fois en 60 ans, une organisation a ouvertement déclaré la guerre à l’État indien. Le gouvernement devrait aller au fond de cette affaire et chercher qui se cache derrière cela .»

Sources : Radical’s uprising off, video address on, The Sunday Guardian, 26 février 2012. Traduction et via  http://www.postedeveille.ca/

Retour à l'accueil