Le tribunal correctionnel d'Anvers a condamné vendredi Sayhood E.H. (69 ans), le père, Resmieh F. (58), la mère, et leurs deux garçons Mohamed et Ali à trois ans d'emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, pour le traitement inhumain de leur fille et soeur. Celle-ci a été frappée à coup de marteau car elle voulait épouser un Belge non musulman.

Séquestrée et battue
Etablie en Belgique depuis 2002, la famille avait déjà choisi un futur marié pour Aseel (26 ans), et n'acceptait pas la relation qu'elle entretenait avec Peter, l'un de ses collègues. En 2008, la jeune fille a refusé de quitter son compagnon sous la contrainte, décidant de rompre les liens avec ses parents.

Dix-huit mois plus tard, elle a tenté de renouer avec les siens car elle souhaitait obtenir la bénédiction de ses parents. Sa mère a réussi à la convaincre de revenir vivre temporairement au domicile familial de Mortsel. Ses parents n'avaient pas renoncé à leur volonté de voir leur fille quitter son compagnon.

Le 30 août 2010, la jeune fille a été séquestrée dans la maison et battue par sa famille. Sa mère lui a porté des coups de marteau. Sa famille a nié les faits et déclaré qu'elle s'était occasionné ses blessures toute seule, en ce compris sa commotion cérébrale.

Condamnés à apprendre le néerlandais
Le tribunal a également condamné la famille à payer la somme de 3.412 euros à Aseel, et 1.673 euros à Peter, à titre de dommages et intérêts.

Les quatre condamnés devront également suivre des cours de néerlandais et un programme de gestion de l'agressivité. Il leur sera par ailleurs formellement interdit d'entrer en contact avec les victimes.

(belga/acx)

Retour à l'accueil