Les «nudistes de l’ombre» ont été repérées par un petit garçon dans un café situé dans un centre commercial situé à une dizaine de kilomètres de Koweït, capitale de l’émirat du même nom.

Image: Keystone

Des sources policières, citées par le journal al-Rai, indiquent que deux des trois jeunes-femmes arrêtées sont originaires du Golfe, mais qu’aucune ne vient du Koweït même. D’après les récits de l’affaire, c’est un petit garçon de la région qui a aperçu leur (semi) nudité, et qui en a averti sa mère. Fâchée, cette dernière aurait ensuite appelé la police pour les dénoncer.

D’après le journal, les jeunes femmes (l’une est mineure) ont avoué à la police qu’elles avaient eu des relations sexuelles dans un même appartement, avant leur venue au café, et qu’elles auraient en outre consommé de l’alcool lors de ce moment de plaisir. La police dit avoir appelé le père de l’une d’elles, mais ce dernier a semble-t-il refusé de venir dans le pays pour s’occuper de l’affaire, trop pris par son business.

D’après une militante des droits de la femme koweitienne, citée elle par Al Arabiya News, ces femmes risquent des peines très sévères –des années de prison– si elles sont reconnues «coupables» de relations homosexuelles. Elle demande aussi comment le garçon à l’origine de l’arrestation a pu découvrir que l’une d’entre elles était nue, puisque la burqa couvre normalement l’entièreté du corps et ne permet pas de discerner quoi que ce soit. Pour elle, il s’agit d’un chenapan qui a du faire exprès d’aller regarder sous leur voile intégral et mériterait sans doute davantage d’être puni que les filles. Elle précise qu’en raison des températures élevées qui règnent au pays, de nombreuses femmes se baladent nues sous leur burqa.

 

 source : http://www.lematin.ch/

Retour à l'accueil