Islamabad (Agence Fides) – Le mariage forcé est le crime le plus diffusé à l’encontre des femmes au Pakistan, selon un Rapport de la coalition d’ONG dénommée Free and Fair Election Pakistan (FAFEN) qui a examiné les plaintes enregistrées dans 77 commissariats de police de district au cours du mois de mars 2012. Les mariages forcés ont remplacé le viol en tête du classement des délits les plus fréquents à l’encontre des femmes.

 Le Rapport, envoyé à l’Agence Fides, fait état d’une augmentation générale du nombre des plaintes, ce qui indique une plus grande prise de conscience parmi les femmes pakistanaises victimes d’abus. Des districts ayant fait l’objet d’un contrôle, 27 appartiennent à la province du Punjab, 21 à celle du Sindh, 19 à celle du Khyber Pakhtunhwa, 9 à celle du Béloutchistan et un au territoire de la capitale, Islamabad.

Les cas de mariages forcés sont passés de 314 à 653 et ont notablement augmenté dans le district de Lahore, capitale du Punjab, où 222 plaintes ont été déposées. Les cas de viol sont quant à eux au nombre de 220 alors que ceux d’agressions et de harcèlement sexuel de 270, 37 étant les cas de délits d’honneur. Du total des plaintes (plus de 41.000), celles qui concernent des délits à l’encontre de femmes constituent 9% du total. Selon les données de l’Agence Fides, près de 1.000 par an sont les cas de jeunes filles appartenant aux minorités religieuses, chrétiennes et hindoue, contraintes à contracter un mariage islamique.

(PA) (Agence Fides 14/06/2012)

Retour à l'accueil