Le mufti d'Arabie défend la charia devant 2,5 millions de pélerins

Le mufti d’Arabie saoudite a appelé à se conformer à la charia, critiquant vivement les partisans d’un État civil, prôné face à la montée islamiste dans la foulée du printemps arabe, à l’occasion du pèlerinage musulman de La Mecque. « La charia doit être pour la nation islamique la source de législation (...). Elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps », a lancé cheikh Abdel Aziz el-cheikh. Il a dénoncé « ceux qui prônent un État civil, une minorité qui cherche à asséner un coup à la religion (musulmane) sous des prétextes fallacieux et des slogans erronés ». « Au nom de la liberté, ils prétendent que la religion n’est pas valable, s’opposent à la peine de mort et aux autres peines (prévues en islam comme la lapidation, l’amputation, la flagellation) car elles sont contraires aux droits de l’homme (...) et prétendent que la nation islamique, si elle applique la charia, se coupe des nations évoluées », a-t-il poursuivi. Le mufti d’Arabie a aussi exhorté « les dirigeants et les peuples musulmans à gérer leurs affaires selon leur propre volonté, à l’abri du diktat de l’étranger », et mis en garde contre le risque de « sédition confessionnelle » dans la région. 

Retour à l'accueil