L'accusé de Montréal, Chiheb Esseghaier, à son arrivée à l'aéroport Buttonville au nord de Toronto, le 23 avril 2013L'accusé de Montréal, Chiheb Esseghaier, à son arrivée à l'aéroport Buttonville au nord de Toronto  Photo :  PC/Frank Gunn

L'accusé montréalais relativement au présumé complot pour commettre un attentat contre un train de passagers de Via Rail dit vouloir être représenté par un avocat qui plaiderait en vertu du Coran.

Chiheb Esseghaier a comparu à Toronto, jeudi matin, par vidéoconférence. Il dit vouloir obtenir l'aide d'un avocat pour le défendre contre les accusations de terrorisme dans le cadre de ce que la Gendarmerie royale du Canada a décrit comme le premier complot présumé commandité par Al-Qaïda au pays.

Esseghaier, âgé de 30 ans, dit réclamer un avocat qui pourra le défendre avec le « livre saint musulman comme référence pour le jugement ».

L'accusé a affirmé ne pas reconnaître l'autorité du Code criminel, réaffirmant jeudi, en cour, qu'il « ne voulait pas d'un livre écrit par les humains ».

Son coaccusé, le Torontois Raed Jaser, a également comparu par vidéoconférence à partir d'une prison non identifiée; il devra se présenter de nouveau en cour le 25 juin, alors que débute le processus de divulgation de la preuve.

Esseghaier, lui, doit revenir en cour le 3 juin pour fournir une mise à jour sur sa demande d'aide juridique.

Le juge a dit à l'accusé de discuter de son besoin d'utiliser le Coran avec son avocat, une fois que ce dernier aura été désigné.

La Presse Canadienne

Retour à l'accueil