Quatre hommes ont été reconnus coupables de terrorisme, lundi à Copenhague, pour avoir comploté l'assassinat du personnel d'un journal danois qui avait été le premier à publier les caricatures controversées de Mahomet en 2005. Ils encourent jusqu'à 16 ans de prison.

Sahbi Ben Mohamed Zalouti, Mounir Awad et Omar Abdalla Aboelazm, citoyens suédois d'origine tunisienne, libanaise et marocaine, et Mounir Ben Mohamed Dhahri, Tunisien, ont été arrêtés fin décembre 2010, quelques heures seulement avant d'attaquer le Jyllands-Posten à Copenhague, selon les agences de renseignement suédoise et danoise qui les surveillaient.

Les enregistrements de surveillance diffusés au procès montrent que les quatre hommes se sont rencontrés à Stockholm et ont discuté de la notion de martyre, du Jyllands-Posten, de la façon de tuer un maximum de personnes dans l'immeuble du journal et de prendre quelqu'un en otage. Il semble qu'ils avaient prévu d'épargner les femmes et les enfants. Lors d'une prière au Danemark avant leur arrestation, on les entend déclarer : « Quand on rencontre des infidèles, il faut leur trancher la gorge ».

Mounir Dhahri, cerveau de l'opération

Le procureur a désigné Mounir Dhahri, un Tunisien de 46 ans possédant un permis de séjour en Suède, comme étant le cerveau de l'opération. De 2008 à 2010, il aurait été entraîné au terrorisme au Waziristan, dans les régions tribales du Pakistan frontalières de l'Afghanistan qui servent de base arrière à des groupes djihadistes. L'intéressé dément ces informations. Il soutient plutôt avoir voyagé en Europe et en Turquie pendant ces deux années.

Le petit groupe avait quitté Stockholm en voiture le 28 décembre 2010 pour Copenhague, où trois des accusés ont été arrêtés le matin suivant. Le quatrième, Sabhi Ben Mohamed Zalouti, était rentré à Stockholm, où il a été interpellé le même jour.

La police a saisi deux armes automatiques, une centaine de chargeurs, plus de 20 000 $ (16 000 euros) en liquide, ainsi que 200 tiges en plastique pour ligoter des otages.

Au cours du procès, l'accusation a présenté des éléments suggérant qu'Omar Abdalla Aboelazm, 32 ans, avait été arrêté en Somalie et au Pakistan en 2007 et 2009 sur des soupçons d'activités terroristes, mais qu'il avait été relâché sans être inculpé.

Les quatre accusés avaient plaidé non coupables lors de leur procès, qui s'était ouvert le 13 avril.

Le Danemark ciblé

Le Danemark se trouve dans la ligne de mire de groupes terroristes islamistes depuis la publication en 2005 de caricatures représentant Mahomet, ce que le Coran interdit. L'affaire a entraîné des manifestations d'extrémistes et des émeutes meurtrières dans plusieurs pays à majorité musulmane.

L'an dernier, un Somalien vivant au Danemark a été condamné à dix ans de prison pour s'être introduit avec une hache dans l'appartement de l'un des dessinateurs en 2010. Un homme d'origine tchétchène a également écopé de 12 ans de prison pour la confection d'une lettre piégée dans un hôtel de Copenhague en 2010. La semaine dernière, deux frères danois d'origine somalienne ont été arrêtés. Ils auraient planifié un attentat en réaction aux fameuses caricatures.

En janvier dernier, en Norvège, un Norvégien d'origine ouïgoure et un Kurde irakien ont été condamnés pour avoir préparé avec Al-Qaïda un attentat contre le journal Jyllands-Posten.

 

 

 

http://www.radio-canada.ca

Retour à l'accueil