Un article lucide, et surprenant venant du Hurriyet, un grand media truc.

Blaspheme-charia
________________________

Sept ans après la crise des caricatures de Mahomet au Danemark, le plus haut dignitaire musulman de Turquie, Mehmet Gormez, s’apprête à rendre visite à la «terre infidèle du blasphème». Ce qui se traduit, en langage diplomatique, ainsi : «M. Gormez, chef du Directorat des Affaires religieuses se rend au Danemark afin de combattre l’islamophobie et de promouvoir le dialogue (interreligieux) ». Très bien.

Le Danemark est le pays où le citoyen Kurt Westergaard, caricaturiste, vit sous protection permanente de la police pour avoir dessiné des «caricatures blasphématoires du prophète Mahomet». Il a ainsi contribué au réchauffement climatique car il a involontairement incité des milliers de musulmans à bouter le feu à tout ce qui leur semblait «infidèle». Très peu de musulmans se sont contentés de simplement désapprouver et d’ignorer la chose, ce que le coran leur ordonne de faire lorsqu’ils sont confrontés à un blasphème.

Les musulmans devraient s’asseoir un moment et se demander, pourquoi n’est-il pas nécessaire de combattre «l’hindouisme-phobie» ou la «Shintoisme-phobie» ?

Moins d’un mois avant que M. Gormez n’aille échanger des plaisanteries avec ses hôtes danois et proférer des paroles lénifiantes sur la meilleure façon de combattre l’islamophobie et de promouvoir le dialogue interreligieux, un extrémiste islamique a commis un acte de terrorisme au nom de l’islam et a assassiné deux jeunes garçons et leur père ainsi qu’une fillette, tous juifs, dans une école française.

Plus récemment encore, Suryadharma Ali, le ministre des Affaires religieuses de l’Indonésie, pays le plus peuplé du monde musulman, a proposé une loi interdisant le port de la mini-jupe en tant que délit pornographique. Auparavant, le président de la Chambre des Représentants d’Indonésie, Marzuki Alie, avait suggéré que les femmes portant des mini-jupes encourageaient les hommes à les violer. Il a déclaré : «Le viol et d’autres actes immoraux sont commis parce que les femmes ne sont pas vêtues décemment, incitant de ce fait les hommes à faire des choses ».

Tel est le contexte dans lequel M. Gormez et ses partenaires danois vont combattre l’islamophobie. Nous voilà dans un 21ème siècle où les adeptes fanatiques d’une croyance tuent les enfants d’une autre croyance parce qu’ils appartiennent à cette croyance et dans lequel des dignitaires de l’Etat rendent les vêtements féminins responsables des viols. Par ailleurs, je suis convaincu que les autorités indonésiennes pensent que c’est la faute des enfants juifs s’ils ont été tués, c’est simple : en effet, s’ils n’avaient pas été juifs, ils n’auraient pas été tués. Par conséquent, la meilleure façon de prévenir le viol et le meurtre est de bannir la mini-jupe et le judaïsme.

Vos partenaires les plus stratégiques dans ce combat contre l’islamophobie ne sont pas les chrétiens, mais vos frères musulmans

Les musulmans devraient s’asseoir un moment et se demander, pourquoi n’est-il pas nécessaire de combattre «l’hindouisme-phobie» ou la «Shintoisme-phobie » ?

M. Gormez, vous êtes un homme de sagesse et de connaissance, sans aucun doute. Je suis certain que vous passerez un moment agréable au Danemark. Cependant, vous n’aviez pas besoin de gaspiller votre précieux temps en voyageant au Danemark pour lutter contre l’islamophobie. Vos partenaires les plus stratégiques dans ce combat contre l’islamophobie ne sont pas les chrétiens, mais vos frères musulmans.

Il serait beaucoup plus facile de combattre l’islamophobie si les musulmans cessaient de tuer d’autres musulmans parce qu’ils appartiennent à une secte différente ; s'ils cessaient d’imposer leurs propres pratiques à d’autres musulmans ; s'ils toléraient les musulmans moins pieux ; s'ils n’étaient pas en rage lorsque d’autres musulmans consomment de l’alcool ou du porc ou ne fréquentent pas la mosquée ; s'ils ne tuaient pas des hommes, des femmes et des enfants parce qu’ils pratiquent une autre religion ; s'ils n’imputaient pas le viol à la longueur des jupes des femmes ; s'ils ne tuaient pas leurs femmes pour avoir parlé à un étranger, ou leurs filles pour avoir flirté ou après avoir été violées par la racaille ; s'ils ne souhaitaient pas déclencher la 3ème guerre mondiale au prétexte qu’un dessinateur a eu l'audace de faire des caricatures blasphématoires ; s'ils n’émettaient pas des fatwas de mort contre un écrivain qui a publié un livre blasphématoire ; et s'ils n’avaient pas pour objectif d’imposer leur religion au monde entier, par l’épée si nécessaire.

M. Gormez, étant donné que vous allez au Danemark afin de combattre l’islamophobie, vous pourriez faire un grand bond en avant vers votre objectif. Le Danemark est un petit pays et Arhus n’est pas situé bien loin de Copenhague, alors M. Gormez, il vous suffirait de faire un saut à Arhus et de rendre visite à M. Westergaard et de commencer là votre dialogue interreligieux. Je suis persuadé que M. Westergaard et sa lourde protection policière seraient ravis de vous accueillir.

Voilà ce que serait un vrai combat contre l’islamophobie et un exemple parfait du dialogue interreligieux, mais en êtes-vous capable, M. Gormez ?

 

Sources : How best to fight Islamophobia, Hurriyet, 6 avril 2012 et Poste de veille Traduction par Capucine pour Poste de veille

Retour à l'accueil