Désireux de renforcer l’application de la charia islamique au Pakistan, les dirigeants islamistes britanniques ont annoncé la tenue d´une conférence « Shariah4Pakistan » (la charia pour le Pakistan) le 30 novembre 2012, à la Mosquée rouge d´Islamabad, un site très controversé où l´armée pakistanaise a mené une opération militaire contre des étudiants djihadistes armés et des talibans en 2007. Le lieu semble avoir été choisi pour sa signification au regard de la lutte contre les militants démocratiques et libéraux pakistanais, au moment critique où le Pakistan se trouve confronté à un renforcement des forces djihadistes, avant le retrait prévu des troupes américaines et de l´OTAN d’Afghanistan, fin 2014.

L´objectif annoncé de la conférence était le lancement du projet Shariah4Pakistan, qui vise à faire appliquer les lois de la charia islamique au Pakistan. A l´annonce du lieu de l’événement, les dirigeants islamistes, mis sous pression, ont d´abord été requis d´introduire un changement mineur : la conférence se tiendrait en fait à l’extérieur de la mosquée. Finalement, le 27 novembre, sharia4Pakistan a émis un communiqué annonçant que la conférence était reportée (à une date non déterminée), en raison de pressions gouvernementales et religieuses. Ci-dessous quelques informations sur le programme et les participants de la conférence.

Le programme de la journée en 5 points :

• Un débat sur la nature kufr (mécréante) de la constitution pakistanaise (non islamique), dirigé par le prédicateur islamique Abou Walaa
• La déclaration d´une fatwa (décret islamique) par le cheikh Omar Bakri Muhammad à l’encontre de l’adolescente pakistanaise Malala Yousafzai, qui récupère actuellement d´une attaque des Talibans pour avoir tenu un journal en ligne début 2009, lequel recensait au jour le jour l´application de la charia islamique par les militants talibans
• Une conférence sur le fondateur pakistanais Muhammad Ali Jinnah - sur sa trahison de l´islam - en dépit du fait qu´il ait établi la Nation islamique du Pakistan pour les musulmans indiens d´Inde – donnée par le jeune radical britannique Abou Bara
• Une conférence décrétant que le président pakistanais Asif Zardari est un apostat, ce qui pourrait déboucher sur un appel à l´assassiner, donnée par Abu Rumaysah, autrefois hindou
• Une conférence d’un invité, Anjem Choudary, juge des tribunaux de la charia au Royaume-Uni, sur comment faire du Pakistan un Etat favorable à la charia. Shariah4Pakistan cherche à déraciner les fondements du Pakistan – pour tenter d´y établir un califat islamique

Parmi les intervenants susnommés, le plus éminent est le cheikh Omar Bakri Mohammed, musulman radical et chef fondateur du groupe djihadiste Al-Muhajiroun qui, alors qu’il résidait au Royaume-Uni, prononçait des discours et des sermons glorifiant le terrorisme islamique devant la jeunesse britannique, avant de partir pour le Liban. Il est aujourd’hui interdit de séjour au Royaume-Uni. Au début de l’année, il défendait les attentats-suicides comme un moyen de faire régner la loi islamique en Syrie, déclarant : « En deux ou trois opérations, [Al-Qaïda] peut faire fuir le parti Baas... Au moyen d´opérations-martyres - vous les appelez attentats-suicides – le [kamikaze] d’Al-Qaïda ira au Parlement lorsque le Baas s´y trouvera, il se fera exploser, et il dira : ‘ô mon Dieu, accueille-moi, ô Dieu, je me hâte vers Toi’. » [1]

Le deuxième orateur le plus éminent est Anjem Choudary, qui écrit sur son site Internet : «Je pense que l´islam nous enjoigne de croire au Tawhid [monothéisme], de vivre par la charia, d´appeler de nos voeux et de nous sacrifier pour la Dawa [prédication] et le djihad... En tant que musulman, je crois que l´islam est supérieur et ne sera jamais dépassé par une autre croyance et idéologie, dans quelque domaine de la vie que ce soit… Je crois qu´un jour, la Grande-Bretagne et finalement le monde entier (y compris le reste de l´Europe, les Etats-Unis, la Chine et la Russie...) sera régi par les musulmans appliquant la Loi islamique et sera sous leur autorité ». [2]

Abou Walaa, qui devait s´exprimer sur le caractère non islamique de la constitution pakistanaise, est présenté comme un prédicateur islamique et le directeur de la Commission de la vérité.

Abou Bara, musulman britannique de 29 ans, est présenté comme un professeur de jurisprudence islamique. Son vrai nom est Mizanur Rahman. Il a été emprisonné au Royaume-Uni pour propagation d´extrémisme et, après sa libération, a publié un livre de 244 pages intitulé Les manifestations sont-elles bénéfiques ? A la lumière du Coran et de la Sunna, qui précisait que le droit d´auteur est interdit dans l´islam et que tout le monde était libre de diffuser le livre. [3]

Abou Rumaysah, ancien hindou et porte-parole de Convert2Islam, figure sur l´affiche comme président de la Société des convertis musulmans.

Tous les intervenants invités pour l´événement appartiennent à un groupe restreint dirigé par Anjem Choudary et le cheikh Omar Bakri Mohammed.

Anjem Choudary et Omar Bakri Muhammad avaient prévu d´organiser une conférence similaire à New Delhi, le 3 mars 2012, pour marquer le 88e anniversaire de la fin du règne du califat islamique en Turquie, mais le projet avait été repoussé par l´Inde. [4]

*Tufail Ahmad est directeur du Projet d’études sur l’Asie du Sud à MEMRI.

Lire le rapport intégral en anglais : http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/6831.htm


[1] Telegraph.co.uk (Royaume-Uni), le 25 janvier 2012. L´original en anglais a été légèrement adapté par souci de clarté.
[2]
http://www.anjemchoudary.com/About/A-brief-Introduction-about-me.html, consulté le 19 novembre 2012.
[3] Izharudeen.com, consulté le 18 novembre 2012.
[4] Voir Enquête et Analyse de MEMRI n° 797,
British Islamist Anjem Choudary Launches ´Shariah for India,´ Vows to Demolish Hindu Temples and Bollywood; Muslims Urged to Join In New Delhi March Next Month Marking 88th Anniversary of the End of Islamic Caliphate, le 9 février 2012.

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org

Retour à l'accueil