f4dcd35c-f70b-11e0-8034-25fa40f81b37.jpg

 

 

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi pour dénoncer la représentation de Dieu sous les traits d'un vieillard barbu. Dans la soirée, le domicile du PDG de la chaîne qui a diffusé le film a été attaqué.

 

C'est une séquence du film franco-iranien Persepolis qui a mis le feu aux poudres en Tunisie. On y voit Dieu représenté sous les traits d'un vieillard barbu ; or l'islam proscrit en principe toute représentation d'Allah. Des milliers de personnes ont donc manifesté vendredi à Tunis, à l'appel de salafistes, pour dénoncer la diffusion du film sur la chaîne de télévision privée Nessma.


Les fanatiques religieux menacent les élections démocratiques

Les Tunisiens sont appelés aux urnes le 23 octobre pour élire une Assemblée constituante, scrutin qui risque d'être relégué au second plan par les tensions grandissantes entre les islamistes et le camp laïc.
Il s'agira des premières élections depuis la chute du président Zine Ben Ali en janvier dernier, premier acte du "printemps arabe".

Marianne 2 parle, mais un peu tard, de "vent islamiste sur le printemps arabe" ...
Retour à l'accueil