Le consensuel politiquement correct, dites-vous?

Cessons de nous voiler la face! Car, le silence qui enveloppe les souffrances des chrétiens d'Orient et d'ailleurs – et celles séculaires de la diaspora juive sépharade – est tout aussi insupportable que celui qui couvre leurs bourreaux. À la lumière de la falsification de l'histoire de l'impérialisme islamique qu'on occulte sciemment dans un déni grossier, Tariq Ramadan devrait avoir la décence de garder le silence.

Il faudrait appeler par leur vrai nom certaines vérités douloureuses

Plutôt que d'accuser cyniquement les services de renseignements de l'armée égyptienne, ainsi que les sionistes et autres conspirateurs en cherchant à les tenir responsables de la déchéance des pays arabophones et de leurs échecs, Tariq Ramadan devrait se poser les vraies questions et l'Occident avoir le courage d'appeler les choses par leur nom.43

Cessons donc d'invoquer le « politiquement correct », et de succomber au relativisme consensuel au nom d'un « dialogue interreligieux » à sens unique. Appelons par leur vrai nom certaines vérités douloureuses sans craindre que l'on nous agite la bannière jihadiste de l'islamophobie,44 notion chère à Tariq Ramadan et à ses adeptes dont l'amnésie historique est patente. Car, les communautés non-musulmanes d'Orient aujourd'hui minorisées ont toutes été victimes de ce totalitarisme religieux, celui des califats dont les Frères musulmans au Caire annonçaient le retour il y a peu, en 2012-2013, y compris à Jérusalem.

Tous ces enfants du wahhabisme/salafisme veulent nous faire croire que cette terreur et cette soumission à la Loi d'Allah sont compatibles avec un improbable islam démocratique que nos islamologues enseignent en Europe. Une telle pratique qui se situe dans la pure ligne de lataqiya, injonction fondamentale de la charia,45 cherche à convaincre l'Occident que le phénomène du jihad islamo-terroriste est tout nouveau. Qu'on nous cite un seul pays à majorité musulmane qui soit libre et démocratique et qui se réclame des valeurs humanistes de la vieille Europe.

Faire la vérité et dénoncer la stratégie de dissimulation et du déni

Par ailleurs, si les musulmans d'Europe sont vraiment de bonne foi, qu'ils commencent par faire leur examen de conscience (et à battre leur mea culpa) au nom de ce dialogue interreligieux moribond. Qu'ils cherchent aussi à promouvoir dans leur pays d'origine ce qu'ils exigent de l'Europe; mais cela semble utopique, car nous constatons qu'on répète et réitère en Europe par une stratégie de dissimulation (la taqiya) les mêmes erreurs historiques commises en Orient. Au nom de quoi? Je laisse le lecteur en juger…

Refuser de voirQuant aux médias européens, ils traitent parfois de certains sujets délicats liés à l'islam avec beaucoup de légèreté, ou une ignorance dramatique, sinon une partialité complice de l'islamophobie. Celle-ci exerce l'autocensure au nom d'une démocratie sélective qui bâillonne de surcroît les « minorités orientales » et les ostracise lorsqu'elles expriment certaines vérités.46

En bons propagandistes, ces médias zélés nous présentent souvent l'islam des orientalistes romantiques du XIXe siècle ou alors faussement progressiste, loin des réalités douloureuses et tragiques que nous vivons et faisant le jeu de l'extrême droite ou de l'extrême gauche, sans réel souci d'objectivité.47

Le Radeau de la Méduse

Quoi qu'il en soit, Tariq Ramadan appelle les musulmans à la responsabilité et à l'unité de laumma. Mais son discours manipulateur est lui-même le symptôme d'une défaite tragique de la pensée musulmane contemporaine qui cherche à porter à d'autres les responsabilités de l'ornière dans laquelle elle se trouve. Il serait donc souhaitable que notre prédicateur médite plutôt l'ouvrage de l'universitaire et politologue Hamed Abdel-Samad, qui prédit l'effondrement imminent du monde musulman.48

Lorsque les musulmans sortiront des interprétations coraniques archaïques, lorsqu'ils cesseront d'accuser systématiquement l'Occident de comploter contre eux, lorsqu'ils mettront un terme à la violence jihadiste et à la persécution des juifs et des chrétiens, lorsqu'ils prendront conscience de leur duplicité endémique, lorsqu'ils abandonneront la stratégie du déni, et renonceront aux mythes auxquels ils s'accrochent comme au Radeau de la Méduse, nous pouvons espérer voir la fin de cette barbarie du totalitarisme religieux.

En attendant, Tariq Ramadan donne aux islamistes le droit arrogant de parler de « minorités chrétiennes orientales sans voix » dans un « monde majoritairement musulman », tandis qu'en Europe, on nous agite la bannière jihadiste de l'islamophobie, à coup de notions clés idéologiquement frelatées et dévoyées de leur sens, pour arriver à leurs fins.

Au final, il ferait mieux de remédier à son ethnocentrisme social et religieux et de se soucier plutôt des vraies causes du déclin du « monde majoritairement musulman » dévoyé en « monde arabe et musulman » dans les esprits retors panarabo-islamo-nationalistes. Il faudrait, par ailleurs, que l'islamologue d'Oxford cesse de falsifier l'histoire du pays de ses origines et de travestir la parole de personnalités coptes ou chrétiennes, pour justifier ses thèses révisionnistes : cette indécence ajoute l'absurde à l'infâme.

En définitive, il oublie que son grand-père a sans doute eu – comme plus de 90 % des Égyptiens musulmans – de lointains ancêtres Coptes convertis de gré ou de force à l'islam, et sans doute aussi de très lointains ascendants pharaoniques lorsque l'Arabie était encore dans la préhistoire.

F. SWEYDAN – 6 novembre 2013

 

http://www.pointsdereperes.com/articles/lettre-ouverte-aux-medias-francais

Retour à l'accueil