La télévision d'état égyptienne a rapporté faussement que des soldats étaient attaqués par des coptes en colère et que trois d'entre eux étaient morts.

Le ministre de l'Information continue de mentir, il qualifie les incitations à tuer les coptes de «stress émotionnel». Et pour finir il n'y a pas eu un seul militaire de tué par les manifestants. Les Associated Press et Agence France Presse qui ont gobé la désinformation avec enthousiasme devraient être dénoncées et devraient rendre des comptes.

Egypte-coptes
Le site égyptien Al-Ahram vient d’annoncer que l'avocat copte Naguib Gobrail a déposé une plainte contre le ministre égyptien de l'Information Oussama Heykal, l'accusant d'avoir alimenté la violence sectaire dans la couverture de la manifestation pacifique des coptes dimanche qui a été brutalement attaquée par la police militaire et des musulmans.

 

Au moins 25 personnes sont mortes et des centaines d’autres ont été blessées après que les forces armées qui gardaient le bâtiment ont ouvert le feu et écrasé des manifestants avec des véhicules blindés. Gobrail tient le ministre pour «personnellement responsable des faux rapports diffusés par la télévision d'Etat qui ont incité les gens à sortir de leurs maisons pour aller attaquer les coptes» dans les rues du centre ville du Caire dimanche. «Ce que diffuse la télévision d’État incite à la violence sectaire, à la violence contre les chrétiens coptes, et compromet la paix sociale», dit la déclaration.

 

Les défenseurs des droits humains ont reproché à la télévision d'Etat égyptienne d’aggraver une situation tendue au lieu d’appeler au calme. Les présentateurs de la télévision publique égyptienne ont appelé le peuple à se rendre à la manifestation pour défendre les soldats égyptiens contre «les manifestants chrétiens en colère». Ces appels ont été entendus et les chrétiens qui ont échappé aux balles et au gaz lacrymogène de la police ont été attaqués par une foule armée de machettes, d’épées et de gourdins.

 

Tout a été fait pour alimenter les faux rapports des auditeurs ayant appelé pour dire que «des chrétiens armés se sont affrontés avec la police militaire et ont tué des soldats» en diffusant des images montrant des policiers militaires blessés, tout en omettant de montrer les cadavres des manifestants. Cliquer ici pour lire la tribune d’un expert du Moyen-Orient.

 

La télévision d'Etat égyptienne a annoncé lundi qu'il n'y avait pas de morts parmi les forces militaires après avoir préalablement rapporté que des soldats avaient été tués par les manifestants. Le ministre de l'Information Heykal a expliqué que les faux rapports sont imputables au «stress émotionnel» vécu par les présentateurs de nouvelles. Les médias étrangers sont également pris à partie pour avoir traité la télévision égyptienne comme une source crédible.

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Copt Lawyer Calls for Resignation of Information Minister Heykal, par Aryeh ben Hayim, Voice of the Copts, 12 octobre 2011. Traduction par Poste de veille

Retour à l'accueil