Alors que les islamistes sont en très bonne voie pour remporter le premier tour des élections législatives égyptiennes, le parti salafiste Al Nour, qui a remporté 24,36 % des voix, vient d'annoncer publiquement que l'un de ses membres n'avait plus le droit de s'exprimer en son nom, après des propos choquants concernant l'avenir de la littérature du pays.

 

Le salafiste Abdel Moneim El-Chahhat avait récemment multiplié les déclarations choquantes, ce que ne lui pardonnera pas son parti, qui a annoncé n'être en aucun cas associé à ses propos et l'interdisant de s'exprimer dans les médias au nom du parti, selon le média égyptien almasryalyoum.

 

Abdel Moneim El-Chahhat avait annoncé l'interdiction de la littérature « non-islamiste », un projet qui ouvrirait la voie à une censure à tout-va de chaque écrit déplaisant au pouvoir.

 

   De plus, il s'était attaqué au Nobel de littérature  1988, Naguib Mahfouz (1911-2006), accusant ces romans d'encourager au vice en parlant de « drogue et de prostitution », et de promouvoir une « philosophie athée »  Il  a répété plusieurs fois que la démocratie et les élections étaient contre la loi coranique.

Selon les estimations, les scores des islamistes sont pour le moment assez élevés, tant chez les Frères musulmans que les salafistes du parti Al-Nour, après ces résultats, les Frères musulmans, qui se présentent comme « islamistes modérés », se doivent de  calmer les inquiétudes du monde occidental, ils  ont récemment affirmé qu'ils n'avaient pas l'intention de s'en prendre aux libertés des individus ou d'instaurer la charia.....

 

A suivre...

 

 

       

 

 

 

Retour à l'accueil