Il n'y a toujours pas de loi sur harcèlement sexuel en Egypte; Plus de 80% des femmes égyptiennes affirment subir ce type d'harcèlement AU QUOTIDIEN, plus de 95% des femmes étrangères subissent ce type harcèlement selon une enquête de la BBC et d' ECRW.
Le viol et la tentative de meurtre subie par la journaliste de CBS Lara Logan sur cette même place le jour de la chute de Moubarak ont mis la lumière sur ces réalités atroces. La journaliste de France 3 Caroline Sainz a subi la même chose au même endroit...
LE CAIRE: Heather ne sait toujours pas comment elle a fait pour rentrer chez elle mercredi soir après avoir été sur la Place Tahrir. L'arabo-américaine est rentrée sans pantalon car il avait été arraché au centre-ville. Elle et ses deux colocataires ont été victimes d'une agression sexuelle collective par des hommes sur la place emblématique mercredi, pendant la manifestation contre la junte militaire.
Selon Heather, une arabo-américaine dans la capitale égyptienne, elle et ses colocataires suédoise et espagnole sont allées sur la place Tahrir alors que des milliers de gens y convergeaient pour fêter l'anniversaire de l'éviction de l'ancien président Hosni Moubarak.
«Ils ont commencé à se battre pour savoir qui d'entre eux allait nous violer et qui allait nous tenir», dit Heather Bikyamasr.com dans une interview exclusive. Elle s'est décidé à parler après avoir vu le rapport sur une femme étrangère qui a été déshabillée et agressé quelques heures seulement après son propre incident.
«Mes colocataires et moi même sommes tombés sur le sol quand ils nous ont attaqués. Les hommes ont tiré mon pantalon pendant que j'hurlais et que je me débattais » a t-elle poursuivi.
Le viol collectif est survenu en plein centre de la place vers 19h30 heure locale, lorsque la nuit descendait sur la ville.
Elle a dit que, après que les hommes lui ont retiré le pantalon, ils ont continué à la peloter.
«C'est dégoûtant. Ils ont mis des doigts dans mon cul », elle a révélé.
Heureusement, les femmes ont été sauvées par un homme et une femme et emmené lieu sûr. Elle a dit qu'elle ne se rappelle pas exactement comment elle a été sauvée de l'attaque violente.
«Je tremblais et pleurais lorsque l'homme et la femme nous ont saisi et fait quitter la place."
Plus tard dans la nuit, la violence sexuelle envers les femmes a été signalée à nouveau selon un témoin oculaire via Twitter : une femme étrangère a été dépouillée, pelotée et agressée par une autre foule d'hommes dans la place Tahrir
La femme, dont l'identité n'a pas été révélée, a été emmené dans une ambulance après avoir été agressé pendant 10 minutes. Son mari, témoin du viol n'a rien pu faire.
«J'ai vu la femme, puis des dizaines d'hommes l'entouraient et ont commencé à la peloter, elle a crié à l'aide, des gens sont venus, mais ils ont été frappé au visage», écrit un témoin.
Ce qui s'est passé ensuite était épouvantable, a déclaré un témoin, qui a requis l'anonymat. "Les hommes ont commencé à déchirer ses vêtements et toucher partout son corps. Quand elle s'est défendue, ils l'ont poussé. C'était le chaos. "
Il y a des rapports non confirmés que les hommes l'ont violé avec leurs mains.
La nationalité de la femme est inconnue à l'heure actuelle.
Tout au long de la journée, le harcèlement sexuel envers les femmes n'a cessé d'être signalé et les rapports indiquent que de plus en plus de femmes étaient attrapées et molestées.
Heather dit qu'elle a révélé son identité pour parler de ce qui lui est arrivé:
"parce que les gens ont besoin de savoir ce qui se passe. C'est le seul moyen pour commencer à traiter ce problème."

Cependant, plusieurs personnes lui ont dit de ne pas révéler ce qui lui est arrivé parce que : «cela nuit à l'image de la révolution." Mais Heather a déclaré après avoir vu les rapports sur les autres femmes et de leur calvaire: «j'ai senti qu'il fallait dire quelque chose. "

source

source

Retour à l'accueil