Des musulmans ont attaqué environ cinq maisons coptes à Nagi Hamadi (19/01/2012). Ils les ont pillés puis brûlés. Beaucoup de véhicules appartenant à des Coptes ont également été brûlés. Les camions de pompiers ont pris 3 heures pour atteindre la plupart des maisons selon des témoins. L’incident a été provoqué par des problèmes liés aux élections. Les détails ne sont pas disponibles en ce moment. Trois véhicules de police étaient sur les lieux. Aucune arrestations n’a été effectuées. Les blessures ou décès ne sont pas connus à ce jour. L’église de l’Archange Michael, qui est situé dans la région n’a pas été attaqué.



Hier également, un groupe armé de militants salafistes se sont rassemblés devant le bâtiment de service copte d’Abu Maqar à Bahteem à Choubra Al Kheima en signe de protestation de son ouverture. Ce bâtiment devait servir 1200 chrétiens dans la région avec différents services.

Les musulmans ont jeté des pierres depuis l’extérieur vers l’immeuble et ont empêché les prêtres et les Coptes d’entrer. Les salafistes ont dénoncé que ce bâtiment était utilisé comme une église sans un permis approprié. Les Coptes disent que ce n’est pas une église mais un bâtiment pour servir les Coptes dans une région où il ya 1200 familles chrétiennes et aucune églises locale. Les Coptes sont frustrés par leur incapacité à accéder au bâtiment en disant que personne n’a le droit d’empêcher quiconque d’y entrer surtout si elles ne font pas partie des forces de sécurité.

En face, de nombreux Coptes sont arrivé pour défendre le bâtiment. Les groupes ont été séparés par quelques voitures de police ce qui en fait une situation potentiellement instable. Pas de présence de l’armée actuellement.

Un groupe de musulmans ont fait irruption dans le bâtiment 3 fois à différents moments dans les dernières 24 heures, et ont vandalisé l’intérieur. Des témoins disent que l’un des cheikhs locaux a été vu en face de l’immeuble en disant que cela ferait une belle mosquée.

Les coptes déclarent qu’ils resteront sur le terrain et sur leurs gardes aussi longtemps que nécessaire. Mgr Morcos de Shubra Al Kheima et le clergé sont sur leur chemin pour tenter de calmer la situation.

 

 

Retour à l'accueil