Dans un entretien paru dans La Croix le 23 février 2012, on apprend de la pédopychiatre Marie-Rose Moro « qu’un enseignant averti sur la culture de ses élèves en vaut deux. Par exemple, savoir qu’on ne dit pas « je » dans la langue vietnamienne pourra lui permettre de valoriser cet élément en cours de grammaire et, dans le même temps, de comprendre un enfant qui a du mal à parler en classe à la première personne. (...) Favorable à la discrimination positive, l’auteur suggère de réserver des places aux enfants de migrants dans les classes d’élite dites « européennes » ou « internationales » des collèges et lycées, avec un soutien personnalisé pour favoriser leur succès. Elle note qu’il est impossible de mener une réflexion éducative sans y faire participer les parents étrangers».

Mais de quelle école s'agit-il au juste ? Très certainement pas celle qui met en avant la France à travers sa langue, sa culture et son Histoire millénaire. Non, bien entendu... L'école, aux yeux de cette pédopsychiatre, c'est celle qui forme des citoyens du monde, celle qui ne "stigmatise" pas mais qui dissout la nation française dans un chaudron multiculturel pour en faire jaillir les "pépites". Pauvres de nous !!! Aux professeurs de s'adapter aux enfants d'immigrés qui sont une chance pour l'école. Dans un futur proche, les enseignants seront priés de jeter aux orties la langue de Molière afin de valoriser les "langues de la diversité"...

VB/http://www.blogreac.info/
Retour à l'accueil