Mosab Hassan Youssef

Il affirme avoir fait capoter, en 2001, une tentative d’assassinat du président israélien actuel Shimon Pérès, avoir contribué à l’arrestation du leader du Fatah Marwan Barghouti et empêché des dizaines d’attentats-suicides anti-Israéliens au début des années 2000, en pleine seconde Intifada.
Pour les agents du Shin Bet, les services de sécurité intérieurs israéliens qui le supervisaient, Mosab Hassan Youssef était bien plus qu’un informateur hors pair. Ils l’avaient surnommé le "prince vert" : prince parce que fils de cheikh Hassan Youssef, un des fondateurs du Hamas en Cisjordanie, et vert en référence à la couleur du drapeau du mouvement islamiste.
Taupe d’Israël au sein de la hiérarchie du mouvement palestinien pendant plus de dix ans, se servant de son père pour obtenir les informations les plus sensibles, Youssef, qui s’est converti au christianisme et vit aujourd’hui en Californie a publié un livre sur son histoire : "Son of Hamas" en anglais ; "le Prince Vert" en français



Voici l'adaptation du discours de Mosab Hassan Yousef lors d'un congrès pro israélien à Francfort en Allemagne le 23/10/2010, basée sur la traduction de M David Goldstein du site Haabir Haisraeli
Merci beaucoup, c'est un grand privilège que d’être ici et je vous remercie beaucoup de votre soutien à
notre pays, mon pays, Israël.
Nous sommes tous venus ici pour dire : "je soutiens Israël". Quant à moi, je veux dire : "j'aime Israël".
Je ne suis pas un politicien, on m'a demandé d’être politiquement correct autant que possible, alors je vais essayer. Je ne peux pas garantir que je serai le meilleur politicien possible.
Je ne suis pas ici pour offenser qui que ce soit, je suis ici pour raconter la vérité telle que je l'ai vue. Espérons que ce sera le chemin vers la paix à un certain moment, parce que la vérité naît et résulte uniquement de la liberté. Je pense que les gens doivent être libres de penser, de douter, de critiquer et de s'exprimer.
Si je n’étais pas un tel être humain, je ne serais pas devant vous aujourd'hui.
La deuxième chaine allemande m'a posé la question :
"Le Hamas est-il , oui ou non, une organisation terroriste ?" Comment peut-on répondre à cette question ?
Le sang de milliers d'innocents témoigne des attaques terroristes du Hamas.
Le Hamas EST une organisation terroriste !
On m'a posé une question plus importante que "Le Hamas est-il une organisation terroriste ?", on m'a demandé une fois en Amérique "quelle est la différence entre le Hamas et le houmous ?" [il pointe du doigt le fait que beaucoup de gens ignorent l'existence même du HAMAS, le confondant avec un plat d'un nom similaire]
Le Hamas a été crée pour détruire l’État d’Israël. Le Hamas existe pour détruire, le Hamas ne sait pas construire.
Je peux le dire, parce que j'en ai l'autorité. J'ai grandi au cœur de la direction du Hamas. Mon père, le Cheikh Hassan Yossef, est un des fondateurs du Hamas.
Ma famille a payé un lourd tribut à la cause du Hamas et nous avons souffert plus que toute autre famille palestinienne. Donc, le Hamas, à un certain moment de ma vie, était mon projet, c'était mon entreprise, c'était l'entreprise familiale. Et j'en sais plus sur le Hamas que n'en savent ses propres membres.
J'avais plein de raisons de détester Israël, à un certain moment de ma vie. J'avais des raison politiques, des raisons personnelles et des raisons idéologiques. S'il vous plait, concentrez vous quand je dis : des raisons idéologiques.
Les gens fuient la réalité qu'il y A une guerre de religion et qu'il y a une guerre entre Dieux au Moyen-Orient.
Une guerre d'idéologies, guerre des valeurs, guerre de la civilisation occidentale contre les barbares. C'est la réalité sur le terrain. C'est ce qui se passe.
Il ne s'agit PAS d'islam radical.
Je viens d'une famille musulmane modérée et mon père se considère lui même comme un dirigeant modéré. Mais nous constatons, chaque fois que nous lisons le Coran et examinons la conduite de Mohammad, que, malheureusement, il n'aimait pas le peuple juif. Et le Hamas suit ses traces.
Les musulmans ainsi que les palestiniens ont une motivation, une motivation religieuse pour leur combat.
Peut-être qu'ils font semblant, peut-être qu'ils essaient d’être politiquement corrects face au reste du monde, mais moi personnellement, en tant que personne qui pense, et comme écrivain, je ne peux tromper les gens. Ce que le gens pensent de moi m'est égal.
Nous devons faire face à la réalité avec courage avant qu'il ne soit trop tard.
Les arabes détestent-ils Israël pour des raisons politiques ou pour des raisons idéologiques ? Est-ce un combat politique ou un conflit ethnique ?
Quand je lis et que j'entends la presse ici, en Occident, j'en arrive à oublier d’où je viens !
Je connais la langue, je connais les gens, je connais les mentalités, je connais tout au sujet de cette civilisation de la mort. Et je commence à croire à ce mensonge que ce n'est qu'un problème secondaire.
Je suis ici aujourd'hui pour dire que la dimension idéologique de ce conflit au Moyen-Orient est la dimension la plus importante. Et nous, en tant qu'hommes libres, nous devons en tenir compte.
C'est mon message et c'est ma responsabilité.
Je pense que nous manquons de temps et que ce n'est pas l'endroit pour raconter toute mon histoire. J'ai déjà raconté comment toute ma vie a été transformée, et il y a beaucoup de motivations qui m'ont amené à avoir l'honneur de travailler en tant qu'agent secret pour le renseignement israélien, pendant 10 ans au service d’Israël et à servir le peuple israélien.
Personne ne savait rien de mes actions, j’étais un agent très secret, très peu de personnes dans le renseignement israélien connaissaient mon existence.
Quel cheminement m'a emmené du Hamas pour en arriver à servir Israël ?
Comme je l'ai dit, c'est une longue histoire, c'est très difficile de raconter toute mon histoire en quelques minutes, j'ai tout raconté dans mon livre "Son of Hamas", mais tout ce que je peux dire c'est que la motivation la plus importante, parmi toutes les autres motivations, de travailler pour l’État d’Israël, c’était la profonde compréhension de l'amour de Dieu pour tous ses enfants au travers de Jésus-Christ.
Je ne suis pas ici pour prêcher. Je ne suis pas un saint, je suis un pêcheur, et je ne suis pas un prêcheur religieux, mais c'est la vérité, et je sais au plus profond de mon cœur que c’était ma motivation la plus importante.
"Aimez vos ennemis". J'ai endossé ce défi, et c'est pourquoi je suis ici aujourd'hui, très confiant.
Je suis banni, les gens de mon peuple veulent ma mort, m’exécuter, ils me considèrent comme un traître. Mais je suis ici aujourd'hui, très serein, pour dire que oui, j'aime Israël.
Les politiciens et la communauté internationale, les gouvernements, tout le monde parle du droit des palestiniens à avoir un État, que les palestiniens aient un État à eux. Je pense que c'est une mauvaise idée ! Et je pense que les palestiniens paieront un prix lourd pour ça.
Les palestiniens, pendant plus de 60 ans ont essayé de détruire l’État d’Israël, pas de construire un État palestinien. Et maintenant ils viennent très en retard et essaient de faire passer un État palestinien comme quelqu'un qui essaie de faire passer un éléphant par le trou d'une aiguille. C'est une petite superficie, un très petit pays de 27 000 Km2, ce n'est rien, et ça ne peut pas contenir deux États.
Je ne dis pas que les palestiniens ne peuvent pas avoir un gouvernement et un État à eux, mais que nous devons prendre en compte les besoins sécuritaires des israéliens, nous devons le prendre en compte.
Nous voyons tous ce qui se passe dans la bande de Gaza et nous ne voulons pas répéter les erreurs du passé parce que il n'y a pas que les israéliens qui souffriront, mais les palestiniens souffriront eux aussi.
Je ne parle pas des politiciens et des dirigeants palestiniens, je parle des enfants palestiniens qui en ont assez du comportement de leurs dirigeants et de leur égoïsme. Et j’espère qu'aucun des enfants palestiniens n'aura à vivre ce que j'ai vécu.
Comme je l'ai dit, j'ai travaillé pour la sécurité israélienne et en même temps j'aimais toujours mon peuple. Notre but n’était pas seulement d'apporter la sécurité à l’État d’Israël, notre mission au jour le jour était de sauver des vies humaines arabes, palestiniennes, israéliennes, américaines, et celles de beaucoup d'autres nationalités. C’était notre rôle et c'est la vérité que j'ai appris pendant ces nombreuses années, c’était notre responsabilité.
Quand les arabes à l'aide de leur propagande, et les palestiniens, ont essayé de décrire Israël comme assoiffée de sang palestinien,. C'est un mensonge propagé pour atteindre des buts politiques inavouables. J'en ai été témoin, et je sais qu’Israël n'est pas le problème du Moyen-Orient mais la solution.
Israël est la solution des problèmes du Moyen-Orient !
Je veux que mon peuple comprenne, étudie l’expérience israélienne. Après toutes les tragédies auxquelles ce peuple incroyable a dû faire face, leur objectif n'était pas de se venger. Après la Shoah, leur objectif était de survivre et de choisir la vie plutôt que la mort. Malheureusement mon peuple n'a pas appris de cette extraordinaire expérience et il font exactement l'inverse, ils cherchent la mort plutôt que la vie.
C'est la raison pour laquelle je dis qu’Israël est la solution et non pas le problème.
Laissez moi être honnête avec vous. Dans le conflit du Moyen-Orient, avec ma longue expérience en Occident, grâce à la lecture et l’étude, en lisant à propos des bases de cette civilisation, la civilisation Occidentale et sa philosophie, je peux vous dire que si Israël échoue au Moyen-Orient, la civilisation occidentale échouera aussi.
C'est notre rôle de protéger et défendre l’État d’Israël, et ce n'est pas dans un but politique. Quand je l'ai fait avec le Mossad et lorsque je le fais en parlant ici aujourd'hui, je le fais pour moi et pour les générations à venir et pour la paix dans notre monde.
Merci beaucoup d’être venus, et que Dieu vous bénisse tous.
Observatoire du Moyen orient
Retour à l'accueil