Chaque année il est possible de lire une pléthore de fatwas et conseils d’éminents religieux toutes aussi loufoques les unes que les autres. Elles font l’objet de classements récurrents et de satires sur le web. Nous avons recueilli les perles de ces dernières années afin d’établir un petit dictionnaire thématique des conseils religieux à ne surtout pas appliquer!

Aux Pays-bas, une fatwa interdit aux musulmanes de faire du vélo / DR

Les classements, on aime en faire pour tout et n’importe quoi. Amusons-nous avec celles sur les dérives de l’Islam. La mode de la fatwa continue de se répandre depuis plusieurs années. Vie quotidienne, Amour, guerre, sont autant de thèmes que les « spécialistes » ont tenté de concilier avec la foi musulmane. Rappelons qu’il s’agit d’un avis religieux émis par un ou plusieurs experts de l’Islam, ayant une connaissance suffisante de la Charia. Dans les cas de différends judiciaires ou de doutes sur les pratiques, ils peuvent alors faire appel à la jurisprudence musulmane.

Les muftis du monde entier se sont alors creusés la tête pour répondre aux doutes de leurs confrères, pour le meilleur mais surtout pour le pire.

Guerre et paix

Les révolutions, soulèvements et guerres ont souvent inspiré nos religieux.

La révolte égyptienne s’est immiscée dans l’Islam et inversement. Avant les élections égyptiennes, le Cheikh Imad Iffat Amin estimait que la charia interdisait le droit de vote pour les sympathisants de l’ex-parti égyptien au pouvoir. Le Cheikh Amrou Stouhi, de l’université Al-Azhar du Caire, assure que l’on doit refuser de donner la main de sa fille à un partisan de l’ex-président Hosni Moubarak, si l’on veut respecter l’avis d’Allah.

Mohamed Abdel Hedi, du parti salafiste Al-Nour, a quant à lui affirmé que la victoire de son parti aux dernières élections en Égypte était écrite dans le Coran.

Le conflit en Syrie a également fourni de la matière aux spécialistes de la fatwa. En février dernier, le Cheikh saoudien Raed Al Karani a rendu licite l’assassinat du président syrien Bachar Al-Assad.

Dans le cadre de revendications belliqueuses, on peut retrouver l’insolite guerre classée X. En effet, le Cheik Abu al-Dema al-Qasab conseille aux djihadistes de pratiquer la sodomie. Il aurait découvert une nouvelle technique qui « consiste à introduire dans son honorable postérieur des capsules explosives« . Pour ce dernier, il apparaît nécessaire de pratiquer la sodomie pour agrandir l’orifice. Il concède que l’Islam interdit cette pratique, mais l’autorise dans le cadre saint du djihad. «Le djihad passe avant tout, puisque c’est l’apogée de l’Islam, et si l’apogée de l’Islam peut seulement être atteint à travers la sodomie, alors il n’y a pas de mal à le faire», a-t’il expliqué.

Classé X

Vivre une sexualité épanouie dans l’Islam peut parfois sembler compliqué. Quels interdits s’imposent à nous ? Quel comportement adopter ? Plusieurs muftis ont trouvé des solutions ingénieuses à ces questions et y répondent avec précision.

Commençons par la thématique omniprésente du désir et de l’apparence. Les femmes doivent continuellement surveiller leur attitude.

Le comité permanent de recherche scientifiques et de l’Iftaa estime qu’une femme ne devrait pas porter de soutien-gorge. Cet objet dessine la forme de la poitrine, rend les femmes plus jeunes et engendre donc une fitna. Il leur est donc interdit de s’exposer devant des hommes étrangers.

D’après le Cheikh égyptien Abou Ishaq al-Huwaini, le visage de la femme est l’exacte réplique de son sexe, et pour cette raison doit être recouvert.

Enfin, se pose le problème de la pratique… Le fameux théologien marocain Abdelbari Zemzami a défrayé la chronique à chacune de ses parutions. Ses avis s’apparenteraient à un guide sexuel du parfait musulman. Parmi les plus connus; l’homme et la femme sont autorisés à faire l’amour dans toutes les postures mais doivent utiliser des sextoys en cas de célibat. Par ailleurs, la nécrophilie est autorisée si elle est appliquée entre un mari et sa femme et tant que le corps est toujours chaud. Cette révélation en soulagera plus d’un!

Une fatwa émise par des religieux vivant aux Pays-Bas interdit aux citoyennes musulmanes de pratiquer le vélo, car ‘‘enjamber la selle du vélo suscite chez la femme une excitation sexuelle, et le vélo devient, de ce point de vue, un objet prohibé. La femme, bien qu’elle soit correctement voilée, risque de laisser apparaître certaines parties de son corps quand elle enjambe une selle de vélo, ce qui est en soi illicite ».

Salwa al-Mutairi du Koweït, conseille aux hommes d’avoir des relations avec leurs esclaves, et aux jeunes filles célibataires ou divorcées d’acheter des esclaves masculins pour consommer en toute légalité. Le problème de l’infidélité est enfin réglé!

Consommation licite et illicite

Selon Jihad Watch, une fatwa a décrété l’interdiction de vendre des grenouilles pour les personnes désirant les utiliser à des fins culinaires. La base juridique d’une telle mesure se trouverait dans un hadith, qui rapporte les paroles de Mohamed à ses disciples: «Lorsque une grenouille coasse et dit des louanges à Allah » le « Prophète » est séduit par le chant divin des grenouilles contrairement aux chiens comparables à « l’enfer » et dont l’extermination a été ordonnée.

Le prédicateur égyptien Mohamed al-Zoghbi a quant à lui autorisé la consommation de la viande des êtres de l’au-delà, les fameux djinns, qui généralement, se transforment en chameaux ou en moutons durant leur existence terrestre.

Le cheikh Saâdeddine El-Hilali, juriste islamique rend l’alcool licite. Il explique qu’il est «halal de boire de la bière ou du vin de dattes, tant que l’on n’est pas ivre.»

Fatwa virtuelle

Certains religieux à la pointe de la technologie et du virtuel ont tenu à donner leur avis sur nos pratiques 2.0.

La dernière en date est la fatwa du Cheikh Abdullah qui condamne l’achat de followers sur Twitter. Il fustige ces pratiques et les qualifient de »péché malhonnête, de manipulation ». Un bon musulman ne doit pas prétendre être aimé de tous lorsque ce n’est pas le cas.

La télévision est devenue l’hôte du vice le plus abject. Aucune référence n’est faite ici aux programmes indécents mais plutôt à ceux conçus pour divertir les plus jeunes. En effet, Mickey Mouse, ses amis, ainsi que les Pokemon seraient de véritables niches pour le diable.

Mickey serait un soldat de satan selon Mohammed Al Munjid, obscur prédicateur saoudien. Pour lui, il est nécessaire de le tuer puisque tout ce qu’il touche est impur.

Le haut comité saoudien pour la recherche scientifique et la loi islamique avait interdit la diffusion de Pokémon en 2001. L’un des arguments veut que les personnages et les jeux vidéos développés autour du dessin animé recèlent un véritable complot juif. La signification du mot Pokémon en japonais ne serait autre que « juif ». Cependant, la langue anglaise révèle qu’elle serait plutôt issue d’une contraction de « pocket monster ».

Ce petit précis « fatwatique » n’est pas malheureusement pas exhaustif et saura s’enrichir au fil des années. Ces bonnes paroles peuvent se renouveler et s’annuler entre elles. Insensées, parfois choquantes, mieux vaut en rire qu’en pleurer. Pour le reste, il y a le Coran.

 

link

Retour à l'accueil