La grande mosquée de Metz fait polémique

 

Dans les cartons de la municipalité sous l’ère Jean Marie Rausch et repris par le maire Dominique Gros (PS), la grande mosquée divise encore les politiques messins. Le FN tire à boulet rouge tandis que Denis Jacquat (UMP) est favorable au projet. La ville quant à elle appuie le projet de mosquée qui regroupe tous les courants de la religion musulmane.

 

L’emplacement aurait été choisi – à proximité du lycée Robert Schumann sur une parcelle de la rue de Belletanche, à proximité du quartier de Metz-Borny, desservi par le futur Mettis. Le terrain est détenu par l’Eglise catholique et actuellement loué par un agriculteur. « D’abord elle devait s’installer sur le boulevard de Trèves à la place des actuels bureaux du Conseil Régional. C’est un dossier qui date » commente Denis Jacquat, député UMP de Moselle. Lui est favorable à la construction de la grande mosquée de Metz, « je respecte les cultes et les religions. Toutes les religions peuvent être pratiquées » affirme le parlementaire de droite.

 

Ce qui provoque la polémique c’est le rassemblement de toutes les sensibilités, turques et islamiques dans un seul lieu de culte. Aujourd’hui il existe huit lieux en fonction à Metz. Le projet adopté par l’UACM (Union des Associations Cultuelles et Culturelles des Musulmans de Metz) est de regrouper tous les mouvements en un seul lieu. Ainsi la municipalité, dirigée par Dominique Gros mettra à disposition un terrain pour la construction de la mosquée. Autre malaise, le financement « par les contribuables messins » selon le FN ou l’architecture qui fait « peur » au parti d’extrême droite.

 

Front National : « Une offensive de l’islam à Metz »

 

Le Front National de Moselle est contre la nouvelle mosquée de Metz

Crédit Photo : DR

 

Le projet de « mosquée cathédrale » comme le nomme le Front National lui fait « peur ».Dans un communiqué commun, Françoise Grolet et Thierry Gourlot, conseiller régionaux de Lorraine dénoncent le financement de la grande mosquée de Metz « par les contribuables messins en violation de la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation des églises et de l’Etat ». « L’alibi de ces associations est désormais connu. Derrière le financement d’une association il y a l’islam qui se cache » lance le porte-parole du FN de Moselle. Vivement opposé au projet de la grande mosquée, Fabien Engelmann propose de conserver les salles de prières actuelles. « Ils peuvent prier chez eux » rajoute-t-il « le Coran ne l’interdit pas ».

 

« Le PS devrait s’occuper des dossiers messins au lieu de faire la promotion d’une mosquée » attaque le chargé de communication du parti à la flamme. Il n’hésite pas à taxer la municipalité socialiste d’être « une équipe qui défend l’islam ». Enfin c’est l’architecture qui inquiète le Front National qui est persuadé qu’elle sera une « mosquée cathédrale », même si aucun visuel ou plan n’a été dévoilé. Quant à Denis Jacquat, sur le fond les minarets « ne lui pose pas de problèmes. » dit-il. « Avec le plan d’occupation des sols du quartier, il ne pourront pas construire une mosquée cathédrale » tempère le député de la majorité. « Mais c’est sûr que dans le contexte politique actuel il serait favorable de ne pas construire de minarets » note l’élu UMP qui « n’est pas étonné des propos du Front National ». « Il faut rester prudent et avoir les pieds sur terre » quand on parle du projet conclut-il. Jérémy Aldrin, membre de l’opposition dans le Conseil Municipal reste prudent et affirme que « le dossier doit être plus creusé pour pouvoir commenter ».

 

A noter que la ville de Metz négocie l’acquisition du terrain qui serait gracieusement mis à disposition sous la forme d’un bail emphytéotique. La construction de la mosquée sera à la charge des musulmans qui réunissent actuellement des fonds

 

 

 

 

 

.http://www.loractu.fr/metz/994-grande-mosquee-metz-projet-ville-provoque-malaise.html

Retour à l'accueil