Hassan Iquioussen, Frère musulman et "prêcheur des cités" en France

 

Hassan Iquioussen, imam de la mosquée d´Escaudain, est un Frère musulman français et l´un des membres fondateurs des JMF (Jeunes musulmans de France). Il donne des conférences en France depuis près de 20 ans ; son style, son public et ses prises de position lui ont valu le surnom de "prêcheur des cités".

 

Il entend représenter la deuxième génération de musulmans issus de l´immigration. Son discours s´adresse essentiellement aux jeunes gens et aux jeunes parents. Il prodigue ses enseignements dans de nombreuses institutions et associations, et notamment dans le cadre de l´UOIF (Union des organisations islamiques de France), dont il est l´une des grandes figures spirituelles.

 

Ses sujets de prédilection englobent l´engagement, l´islam face à la modernité, l´islamophobie, la jeunesse musulmane, le couple dans l´islam. Il insiste sur la nécessité de s´inscrire dans la société démocratique française tout en demeurant un musulman pieux.

 

Iquioussen: « Ceux qui préfèrent le monde terrestre à Dieu, au prophète et au Jihad, ont quitté le chemin de la droiture. »

 

L´un des thèmes récurrents du prédicateur est la supériorité du Paradis sur les biens de ce monde. Ses interventions glorifient fréquemment le Paradis et mettent en garde contre l´Enfer et le mal: "J´ai la foi. La vie elle va pas durer, ce qui m´attend au Paradis c´est le top. […] Ici c´est l´entrée, le plat de résistance il est dans l´au-delà. […] Arrêtez de rêver! La vraie vie c´est là-haut. […] Ca sert à rien de dire j´ai compris, si tu ne passes pas à l´acte […] Ce qui compte, c´est de mourir et d´entrer au Paradis."[1]

 

Pour le prédicateur, les bienfaits de la vie après la mort sont liés à l’engagement des musulmans sur cette terre. Dans sa conférence sur le thème de l´engagement, il explique: "Préférez l´au-delà […] Vous ne savez pas que l´au-delà est meilleur. […] Si vous ne voulez pas vous engager, vous allez souffrir, sur terre et dans l´au-delà. […] Les vieillards s´engagent, vous entendez, les jeunes? […] L´obstacle numéro un c´est que nous préférons la vie d´ici-bas et tous ses plaisirs. […] Si vous préférez  la dounia (les biens du monde terrestre) à Dieu, au prophète et au Jihad Fisabilillah (sur la voie de Dieu), à l´engagement, au sacrifice […] Alors si vous préférez tout cela […] Dieu ne guide pas au Paradis les pervers. […] Ceux qui préfèrent la dounia à Dieu, au prophète, et au Jihad ont quitté le chemin de la droiture. C´est ce que le Coran dit. […] La vie du musulman, c´est un effort en permanence pour la promotion du bien, de la justice, pour répandre sur terre la miséricorde et le combat. […] Il y a 13 niveaux de Jihad […] et il (le prophète) met au 13eme rang le Jihad armé contre l´ennemi de l´extérieur. […] Le musulman doit être dans l´action […] Nous devons contrecarrer la stratégie du diable."[2]

 

Le 11 septembre, "l´arnaque du siècle" ; Al-Qaeda, "un pseudo musulman ennemi"

 

Par ailleurs, H. Iquioussen adhère à certaines théories de complot, avec Satan (le « Shaytan ») et ses complices comme principaux acteurs. Il désigne parfois nommément les "ennemis de l´islam", et qualifie le 11 septembre d´ "arnaque du siècle" : "Ecoutez bien ce que je vais vous dire : des frères ont fait des études aux Etats-Unis: 80% des sites islamiques sont des sites créés par les ennemis de l´islam pour égarer les musulmans. 8 sites sur 10 sont faits par les détracteurs de l´islam, où ils mélangent le vrai avec le faux."[3] "Le Shaytan (Satan) a des soldats parmi les djinns (esprits) et les humains […] L´arnaque du siècle (est) le 11 septembre […] Les islamophobes veulent créer des preuves de toutes pièces."[4]

 

Il estime que les Etats-Unis sont les véritables terroristes qui vendent des armes et profitent de la guerre et qu’Al-Qaeda est une création: "On nous a créé un pseudo musulman ennemi qui s´appelle Al-Qæda […]". En outre, son discours révèle une identification aux moudjahidine qui affrontent les forces armées occidentales : "(Le musulman) délaisse son Coran a cause de la pression de l´ennemi: car l´ennemi nous combat, nous combat en Afghanistan en tuant les Afghans innocents, en Irak, au Cachemire et dans beaucoup d´autres pays"[5] "Il y a ceux qui sont en paix et ceux qui sont en guerre: il y a deux types de non musulmans."[6]

 

 « La religion », c’est aussi « l´engagement, l´effort, le sacrifice pour la religion »

 

Iquioussen évoque fréquemment "l´engagement", comme une forme de combat contre le mal, menaçant de "punition" divine ceux qui ne suivent pas la voie d´Allah. "Le prophète a dit : Le croyant fort est meilleur que le croyant faible […] Dieu préfère qui ? Les musulmans faibles ou les musulmans forts ? […] Intellectuellement, spirituellement, physiquement."[7] "Certains prétendent que l´on ne peut rien faire, rien changer […] (Or) les forces du mal continuent de détruire, à éloigner les gens de l´islam […] Tout musulman doit être engagé à son niveau"[8]. "Dieu va vous punir. Comment est-ce qu´il va vous punir? L´ennemi va prendre le dessus sur vous, vous allez être dominés, vous allez devenir des esclaves, vous allez être privés de votre liberté, vous ne pourrez plus être vous-même et garder votre identité culturelle religieuse, intellectuelle. Si vous délaissez l´effort pour la religion et vous vous contentez de courir après l´argent pour vivre, vous allez être do-mi-nés. Le hadith dit : vous allez être avilis, vous allez être rabaissés au rang de l´animal. Qui va vous rabaisser et vous gérer comme un troupeau d´animaux? Vous savez qui? Votre ennemi. Et vous ne retrouverez votre grandeur, votre force que si, et seulement si, vous revenez à votre religion, et vous savez c´est quoi la religion dans ce hadith? C´est l´engagement, l´effort, le sacrifice pour la religion."[9]

 

Oui à la participation des musulmans à la vie citoyenne, mais les valeurs islamiques passent avant

 

H. Iquioussen encourage l´intégration de la jeunesse musulmane dans les institutions républicaines. Dans une intervention intitulée La France tu l´aimes ou tu l´améliores[10], il appelle les jeunes à se rendre aux urnes: "Il faut voter", "la France est musulmane dans tout ce qui est bon", "la France n´est pas parfaite mais ça ne m´empêche pas d´aimer mon pays".

 

Iquioussen est donc attaché à la citoyenneté française, mais plus encore à l´identité musulmane et à la communauté musulmane transnationale. Conformément à l’approche des Frères musulmans, il insiste sur la prévalence de l´identité et des valeurs islamiques :

 

"Nous ne sommes ni marocains ni algériens, nous sommes des musulmans" […] "C´est ça notre identité, c´est ça notre nationalité, c´est ça notre être, c´est ça le plus important. Tout le reste est secondaire, tout le reste doit se greffer sur cette identité abrahamique... Mais si le reste est en contradiction, aussi minime soit-elle, [avec] ce que le prophète Mohamad et son ancêtre Ibrahim ont enseigné, on le met à la poubelle, même si c´est beau, même si c´est bon, même si c´est moderne on s´en fiche." […]

 

"Vous savez où nous sommes ici? [À la mosquée] Nous sommes chez les musulmans ! Et les musulmans sont des frères, donc nous sommes tous des frères musulmans et fiers de l´être."[11]

 

Ainsi, il appelle à exercer des pressions sur les élus pour lutter contre les lois qui seraient contraires aux principes de l´islam. Il pousse son auditoire à agir collectivement, dans le cadre de la légalité française, dans l´intérêt de la communauté musulmane.[12]

 

Son public : une jeunesse en quête d´identité et de pouvoir

 

L´islam que professe H. Iquioussen répond à diverses interrogations et offre un cadre intégral. L´islam a, selon lui, sa place dans les domaines privé comme publique. Ainsi, il s´exprime sur des sujets aussi variés que la loi sur le voile en France, le couple, la  jeunesse ou l´histoire de Constantinople.

 

H. Iquioussen a pour objectif affiché d´islamiser et/ou de ré-islamiser la société française d´origine musulmane, sans négliger la société dans son ensemble : "Tout le monde prêche pour sa propre paroisse […] Ne me reprochez pas le prosélytisme […] Je voudrais que tout le monde soit musulman."[13]

 

Son public compte un pourcentage important de jeunes convertis. La jeunesse en quête d´identité est, selon lui, aliénée de ses origines et de ses traditions, et corrompue par la modernité. Face à cela, l´islam offrirait le cadre nécessaire. "La chose la plus importante que doit faire un jeune, c´est s´adonner à l´apprentissage de sa religion […] La problématique de nos jeunes, on peut la résumer au fait qu´ils n´ont pas d´ambition. […] Si on n´a pas de volonté, si on n´a pas d´ambition, on va rester éternellement petit. Et ouvrez vos oreilles : un musulman ne doit pas être petit. Il doit être grand  . […]".[14]

 

H. Iquioussen est très présent et actif sur Internet, où son public peut aisément accéder à ses interventions. Son site Internet est mis à jour régulièrement ainsi que sa page Facebook qui compte près de 1300 "Like".[15] Il est présent sur Twitter, Dailymotion et YouTube. Ses interventions sont régulièrement enregistrées et mises en ligne sur ces sites de partage. Ses vidéos ont une audience de plusieurs centaines à quelques milliers de vues pour les plus populaires.

 

Des dérapages ont attiré l’attention des médias

 

Ses interventions au RAMF (Rassemblement annuel des musulmans de France, organisé par l´UOIF) font chaque année salle comble. L´UOIF est une organisation proche des Frères musulmans et la liste des intervenants invités a suscité la polémique dans le passé. En 2012 notamment, six personnalités ont été interdites de participation au Salon par le ministère de l´intérieur, en raison de leurs discours et positions incompatibles avec les valeurs de la république ; il s´agit des cheikhs égyptiens Yusuf Al-Qaradawi et Mahmoud Al-Masri, de l´ex-grand mufti de Palestine Akrima Sabri, du théologien saoudien Ayed Bin Abdallah Al-Qarni, de l´imam égyptien Safwat Al-Hijazi et du cheikh saoudien Abdallah Basfar. MEMRI a diffusé plusieurs rapports et vidéos présentant le discours de ces personnalités islamiques.

 

Lors d´une conférence intitulée Palestine, histoire d´une injustice, H. Iquioussen avait tenu des propos antisémites[16]. Il y développait la thématique du complot, accusant les juifs d´être responsables du schisme de l´islam ou bien le sionisme d´avoir favorisé le régime nazi dans le but de coloniser la Palestine. Il s´exprimait en faveur du Hamas et de sa branche armée. Ses propos avaient été condamnés par le Ministre de l´intérieur Dominique de Villepin. H. Iquioussen a reconnu avoir tenu "des propos déplacés" mais a démenti être antisémite. Il a proposé comme raison du dérapage "la fatigue" et le nombre important de ses interventions, "une centaine d´interventions par an". [17]
 
 

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

 

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site www.memri.org/french.

 



[5]L´Islam une religion de guerre ? http://www.youtube.com/watch?v=FpWCSFYzbiQ

[6]Le comportement du musulman envers les non-musulmans https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=2ahgZ1zL0yU!

[7]Idem

[16]"Le prêcheur vedette des banlieues professe un antisémitisme virulent", Cécilia Gabizon, Le Figaro, 28/10/2004

[17] "Un prêcheur musulman reconnaît ses torts", Le Nouvel Observateur, 01/11/2004

Retour à l'accueil