Le 30 mars, un billet d’opinion de Geert Wilders a été publié par le magasine hollandais « HP/de Tijd ». Il y explique pourquoi l’Islam représente un danger mortel. On doit non seulement prendre en compte le Coran, mais également le personnage de Mahomet, à l’origine du Coran et de l’Islam tout entier.

Le Coran n’est pas un simple livre. Les musulmans croient qu’Allah lui-même l’a rédigé et qu’il a été dicté à Mahomet depuis sa version originale, l’Umm Al-Kitab [1], qui est conservé sur une table au Ciel. Par conséquent, son contenu n’est pas discutable. Qui oserait être en désaccord avec ce qu’Allah lui-même a écrit ? Ceci explique pour une large part le comportement mahométan, depuis la violence du jihad jusqu’à la haine et la persécution des juifs, des chrétiens, des autres non-musulmans et des apostats. Des choses que nous considérons en Occident comme anormal sont tenues comme parfaitement normales dans l’Islam.

Un second problème insurmontable avec l’Islam est le personnage de Mahomet. Ce n’est pas n’importe qui. C’est al-insan al-kamil, l’homme parfait. Qui veut devenir musulman doit prononcer la chahada (la profession de foi musulmane). En prononçant la chahada, on témoigne que nul autre dieu ne peut être adoré qu’Allah, et que Mahomet est son serviteur et son messager.

Le Coran, et par conséquent Allah, établit que la vie de Mahomet doit être imitée [2]. Ce qui entraîne d’affreuses conséquences qui peuvent être observées quotidiennement.

Beaucoup d’études se sont penchées sur la santé mentale de Mahomet. Mais la question est rarement mentionnée ou discutée, en dépit de toute la littérature disponible. Discuter la vraie nature de l’homme qu’un milliard et demi de musulmans de par le monde considèrent comme un saint prophète et un exemple à suivre est tabou. Il faut briser ce tabou en Occident, et ici aux Pays-Bas.

Ali Sina est un ex-musulman iranien qui a mis en place une organisation pour les apostats de l’islam, Faith Freedom International. Il affirme notamment que Mahomet fut un narcissique, un pédophile, un boucher, un terroriste, un misogyne, un obsédé sexuel, un gourou, un fou, un violeur, un tortionnaire, un assassin et un pillard. Et il offre 50.000 dollars à la personne qui peut prouver qu’il en est autrement. Personne n’a pu réclamer la récompense jusqu’ici. Et ce n’est pas étonnant, puisque ces qualificatifs sont fondés sur les textes islamiques eux-mêmes, tels que les hadiths, les descriptions de la vie de Mahomet basées sur les témoignages de ses contemporains.

Le Mahomet historique fut le chef sauvage d’une troupe de brigands de Médine. Ils ont pillé, violé et assassiné sans scrupule. Les sources décrivent des orgies de sauvagerie où des centaines de personnes furent égorgées, des mains et des pieds tranchés, des yeux arrachés, des tribus entières massacrées. Un exemple est l’extermination de la tribu juive des Qurayza à Médine en 627. Mahomet lui-même fut de ceux qui les décapitèrent. Les femmes et les enfants furent vendus comme esclaves. Confronté à la folie des terroristes islamiques d’aujourd’hui, il n’est pas difficile de découvrir d’où elle vient.

À Vienne, la militante féministe Elisabeth Sabaditsch-Wolff a été récemment condamnée à payer une amende pour avoir diffamé une religion en traitant Mahomet de pédophile. C’est pourtant la vérité. De nombreux hadiths contiennent des témoignages de l’épouse favorite de Mahomet, Aïcha, sa femme-enfant. Elle y indique littéralement : « Le prophète m’a épousée quand j’avais six ans, et a consommé sa relation avec moi quand j’avais neuf ans. »

Selon l’historien Theophanes (752-817), Mahomet était épileptique. Les crises d’épilepsie sont parfois accompagnées d’hallucinations, et la victime transpirer du front et écumer de la bouche, les symptômes mêmes que Mahomet montrait pendant qu’il recevait ses visions.

Dans son livre « L’autre Mahomet » (Een Andere Mohammed, 1992) le Dr Herman Somers, un psychologue flamand, conclut qu’à la quarantaine le « prophète » a commencé à souffrir d’acromégalie, un problème causé par une tumeur de la glande pituitaire, un petit organe qui est situé juste en dessous du cerveau. Quand une telle tumeur de la glande pituitaire cause une trop grande pression sur le cerveau, les gens commencent à voir et entendre des choses qui ne sont pas réelles. Somers établit le diagnostic psychopathologique de l’état de Mahomet comme étant une « affliction hallucinatoire organique avec des caractéristiques paranoïdes ».

Armin Geus, historien de la médecine allemand, parle lui d’une schizophrénie hallucinatoire paranoïde. Une analyse similaire peut être trouvée dans le livre « Le cas médical de Muhammad » (Life Alert – The medical case of Muhammad, 2002), du Dr. Dede Korkut.

Dans son livre « Psychologie de Mohamed : À l’intérieur du cerveau d’un prophète » (Psychology of Muhammad – Inside the brain of a prophet, 2007), le Dr. Masud Ansari qualifie Mahomet de « parfaite incarnation d’un psychopathe au pouvoir ». Mahomet a montré une personnalité paranoïde et déséquilibrée, accompagnée d’un complexe d’infériorité et de tendances mégalomanes. À la quarantaine il commence à avoir des visions qui le mènent croire qu’il a une mission cosmique, et rien ne peut plus l’arrêter.

La vérité n’est pas toujours plaisante ou politiquement correcte. Le credo islamique oblige un milliard et demi de personnes à travers le monde, y compris le million qui vit aux Pays-Bas, à prendre exemple sur l’individu décrit par les travaux mentionnés ci-dessus – on ne peut revenir là-dessus une fois qu’on s’est converti à l’islam, car même si l’Article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme affirme le droit de chacun « de changer de religion ou de conviction », en islam abandonner la Foi est passible de la peine de mort.

Quiconque émet des critiques de l’islam ou de Mahomet se met personnellement en grave danger – comme j’en ai fait l’expérience. Et quiconque essaie d’échapper à l’influence de l’islam et de Mahomet risque la mort. Nous ne pouvons continuer à accepter cet état des choses. Un débat public sur la vraie nature et personnalité de Mahomet peut inspirer et aider les musulmans qui, de par le monde, désirent quitter l’islam.

Les apostats sont des héros, et plus que jamais ils méritent le soutient de ceux qui, à travers le monde, aiment la liberté. La politique politicienne ne devrait pas jouer dans ce domaine. Il est temps que nous aidions ces gens en démasquant Mahomet.

Geert Wilders,

Parlementaire hollandais et président du Parti pour la Liberté (PVV)

1 – littéralement la « mère du livre »

2 – voir par exemple sourate 33, verset 21 : « … vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier… »





http://blog.sami-aldeeb.com/

Retour à l'accueil