17 églises ont dû fermer leurs portes à Aceh Singkil, au nord de l’île de Sumatra. Une vague de fermetures sans précédent en Indonésie.

Le 3 mai 2012, les autorités d’Aceh Singkil, un département de la province d’Aceh, située au nord de l’île de Sumatra, ont fermé 17 églises et s’apprêtent à en fermer 3 de plus dans les jours qui viennent. La raison officielle : ces églises opèrent sans permission officielle. Pourtant, certaines sont là depuis 20, voire 30 ans. Alors pourquoi prendre cette décision si brutale et si soudaine ?

Pour justifier les fermetures d’églises, les autorités locales s’appuient sur un décret publié en 2006 par le ministère des Affaires religieuses et le ministère de l’Intérieur, décret qui a pour but de réguler la pratique religieuse et la construction de lieux de culte pour les minorités religieuses. Cependant, si à l’origine, le texte cherchait à protéger les minorités religieuses, aujourd’hui, il est surtout utilisé pour affaiblir les églises en restreignant leur marge de liberté.

En plus de ce décret, un traité signé en octobre 2011 entre les communautés chrétiennes et musulmanes des trois districts d’Aceh Singkil n’accordait aux chrétiens qu’une seule église et quatre chapelles alors qu’il y avait 22 églises en tout dans les trois districts concernés. Les responsables d’églises devraient bientôt rencontrer les autorités locales pour faire entendre leur voix.

Cinq dénominations sont concernées par ces fermetures : Église évangélique de l’Église Mission, Église chrétienne protestante Pakpak Dairi, Église catholique Kampong Napagaluh, Gereja Jemaat Kristus Indonesia, et Huria Kristen Indonesia.

Source : Portes Ouvertes

Retour à l'accueil