En Irak, le nombre de chrétiens continue de diminuer fortement. La violence dont ils sont victimes pousse les chrétiens à quitter leur ville pour s’installer soit au Kurdistan, soit à l’étranger

 

 

page-fr-iark

 

Le 1er octobre, à Mossoul, Bassam Isho travaillait dans son restaurant quand un inconnu est entré et lui a tiré dessus. Cet homme de 30 ans est le dernier chrétien connu mort à cause de sa foi en Irak.

Si la situation s’est améliorée et n’est guère comparable aux années 2005 – 2006, la violence reste très présente et surtout dirigée contre les chrétiens. Nombre d’entre eux continuent de fuir vers le Kurdistan ou à l’étranger.

 

Des villes comme Bagdad et Bassora se vident de leur population chrétienne, tout comme Kirkouk et Mossoul, qui étaient pourtant traditionnellement des villes à forte représentation chrétienne.

 

Aujourd’hui, il n’y aurait plus en Irak que 345 000 chrétiens alors qu’ils étaient 1 million avant la chute du régime de Saddam Hussein. Parmi ces chrétiens, 2 500 seraient d’origine musulmane.

 

Ceux qui restent savent qu’ils peuvent être attaqués à tout moment et de grandes difficultés attendent ceux qui partent. Ils sont sans emploi, dans une nouvelle région dont ils ne parlent pas la langue. Il leur faut se loger, scolariser leurs enfants et trouver un accès aux soins médicaux.

 

 

 

 

 

 

 Portes Ouvertes

Retour à l'accueil