En Iran, l’étau se resserre toujours plus autour des chrétiens. Les deux dernières églises qui proposaient un culte en persan le vendredi à Téhéran ont été sommées d’arrêter

 

page-fr-iranLes autorités iraniennes essaient par tous les moyens de restreindre le champ d’action des chrétiens dans le pays. Alors que les arrestations se multiplient parmi ceux qui fréquentent les églises de maison, les églises historiques sont, elles aussi, prises pour cible.Ainsi, le 10 février 2012, le ministère des Renseignements et de la Sécurité a interdit à deux églises presbytériennes de Téhéran, l’Eglise Saint Pierre et l’Eglise Emmanuel, d’utiliser la langue perse (ou  farsi) pour le culte du vendredi. Ces deux églises auraient perdu la moitié de leurs fidèles depuis cette nouvelle mesure. Les autorités acceptent que ces églises tiennent des cultes en persan le dimanche, mais ce jour-là la plupart des Iraniens travaillent. Cette mesure vise donc directement à empêcher les habitants de Téhéran d’aller à l’église, et notamment les Iraniens de souche, qui ne comprennent pas l’arménien ou l’assyrien, langues des minorités chrétiennes historiques en Iran. Ils auront encore plus rarement l’occasion d’assister à un culte chrétien dans leur langue.
 
.Photo : Eglise St Pierre à Téhéran source http://www.portesouvertes.
Retour à l'accueil