Dans un communiqué publié le 13 octobre, iREA Canada, une nouvelle division de l'organisation britannique iREA qui cherche à prendre racine à Montréal et Toronto, réfute les allégations d'homophobie et d'antisémitisme faites dans le Toronto Star.  

Gayfreezone3

 

 

  

Pour ce qui est de l'accusation d'antisémitisme, il suffit d'écouter la  vidéo  jointe du prédicateur malaisien Hussain Yee, qui prendra la parole à Montréal et Toronto dans le cadre de la tournée de conférences de l'iREA Canada. Interdit en Grande-Bretagne, cet extrémiste antisémite et christianophobe explique en long et en large pourquoi Allah maudit les Juifs et les chrétiens.

 

Quant à l'homophobie des prédicateurs de l'iREA, je vous réfère au site de Peter Tatchell, un militant gauchiste britannique très connu pour ses campagnes en faveur des droits des LGBT, principalement à travers Outrage!, un groupe qu'il a cofondé. Il a été député travailliste, puis a joint le Parti vert. Il s'est élevé contre l'homophobie des prêcheurs de haine de l'iREA, dont Abdur-Raheem Green et Hamza Tzortzis qui prendront la parole à Montréal et Toronto. Il cite des extraits des écrits de ces deux extrémistes.

 

Tatchell a aussi dénoncé «l'homophobie judiciaire» du tribunal qui a condamné à une amende ridiculement basse le musulman reconnu coupable d'avoir affiché des autocollants homophobes (Gay Free Zone) dans un quartier de Londres (photo). Et il n'a pas mâché ses mots vis-à-vis des groupes LGBT qui refusent de dénoncer l'homophobie des islamistes. Il affirme que leur inaction est une collusion de facto avec l'homophobie.

 

 

C'est la nouvelle normalité en Occident. Il y a une hiérarchie des droits : les droits des musulmans ont préséance sur ceux des LGBT. On peut parler de l'homophobie politiquement correcte des progressistes, qui assimilent toute critique de l'islam à du racisme et de l'islamophobie.

 

Ottawa a également une posture ambiguë. Il accorde le statut de réfugiés aux gays persécutés dans les pays musulmans régis par la charia. Dans le même temps, il accorde des visas aux étrangers qui viennent enseigner à nos jeunes les fondements théologiques de la persécution des gays. La seule homophobie vigoureusement combattue est celle des chrétiens. Ou encore, Ô horreur !, l'emploi du mot faggot (tapette) dans le vieux succès Money for Nothing du groupe Dire Straits.  

Dans son communiqué, iREA Canada dit que toutes les religions considèrent l'homosexualité comme un péché. Ils ont raison. Ils omettent toutefois de mentionner que  l'islam est la seule religion qui ordonne la mise à mort des gays ici-bas. C'est la raison pour laquelle les gays des pays régis par la charia demandent l'asile dans des pays occidentaux, de tradition chrétienne. Ils savent qu'ils seront protégés. Aucun gay n'a jamais fui l'Occident pour se réfugier dans un pays musulman.

 

Les LGBT devront sans doute s'habituer à la collusion généralisée en faveur de la normalisation du discours islamiste homophobe dans notre société. Il semble que les «progressistes» ne défendront pas leurs droits. Ne vous étonnez pas si iREA Canada obtient un jour le statut d'organisme de bienfaisance auprès des autorités fiscales, et que l'ensemble de la société finance indirectement la nouvelle homophobie politiquement correcte, sans oublier la christianophobie et l'antisémitisme.

 

 

Poste de veille
Retour à l'accueil