danemark.jpg

Voici une réflexion, basée sur l'exemple des caricatures de Mahomet, sur la question de la possibilité de concevoir un islam laïque.


Le Danemark est un pays laïque et multiculturel ; cette société ne peut donc fonctionner normalement, voir même survivre, que si elle est laïque, car il est clair qu'elle rencontrerait des difficultés, si toute une frange de la population ne reconnaissait pas l'autorité de l'Etat, ce qui serait en effet inévitable si une religion était favorisée pour se confondre avec le pouvoir.

Pour former une société, il s'agit également de mettre en avant ce qui rassemble, et non ce qui divise ; c'est pourquoi dans une société multiculturelle et laïque, comme la danoise ou la française, il est absurde et irresponsable de se définir par sa propre spiritualité. Un citoyen responsable se définira plutôt en tant que défenseur des valeurs de son pays, car ce sont ces valeurs seules, qui sont capables de fédérer l'ensemble des citoyens et de leur permettre de se concevoir un avenir commun.

Un citoyen ne se définissant pas par sa spiritualité, mais plutôt par le fait qu'il défende les valeurs de l'Etat, l'Etat étant laïque et devant veiller à l'intérêt de ses citoyens, il devient évident qu'il serait aberrant pour le pouvoir de placer une religion (donc une forme de spiritualité) au-dessus du principe de la liberté d'expression, qui est l'une des valeurs défendues. Aux yeux d'un Etat laïque, l'un de ses citoyens n'est pas d'abord musulman, chrétien ou juif. Ce sont d'abord des êtres humains avec lesquels on partage des valeurs, ce qui permet par ailleurs l'application des Droits de l'Homme.

Respecter les croyants ? Oui, en tant qu'ils sont de bons citoyens.
Respecter les croyances ? Une simple formule vaseuse visant à rétablir la censure religieuse. Mais quoi ? Nous devrions renoncer à nos propres principes qui représentent tant de progrès pour lesquels nos ancêtres se sont battus et même parfois sont morts ? Nous devrions autoriser ce qui empêcherait le développement de l'esprit critique et par là faire revenir l'obscurantisme au galop ? Nous devrions refaire de la religion une camisole mentale dont il est impossible de se libérer?

On ne peut donc pas dire à la fois que l'on appartient à une religion déterminée, que l'on est laïque, tout en souhaitant que l'on attribue des limites à la liberté d'expression. Le simple exemple des caricatures de Mahomet à propos desquelles les musulmans du monde entier se sont dits "indignés", souhaitant depuis le rétablissement de la censure en Occident, témoignent donc une fois de plus de l'impossibilité pour l'islam de faire le compromis de la laïcité, et donc de la volonté de l'islam (en tout cas tel qu'il est conçu aujourd'hui) d'obtenir le pouvoir, quitte à tuer (fatwa lancée contre le dessinateur des caricatures) ou à faire de l'ingérence (brûler des drapeaux et des ambassades pour faire pression sur un autre pays).

 

 

 

link

Retour à l'accueil