Dans un article sarcastique, l’auteur égyptien Alaa Al-Aswany explique ce que cela signifie d'être « un musulman en Grande-Bretagne », se référant an vérité aux Coptes en Egypte, qui souffrent de persécution et de discrimination. Extraits [1] .


Alaa Al-Aswany [2]

« Être musulman en Grande-Bretagne, c’est savoir dès le départ que vous êtes différent. Quand vous êtes écolier, vos jeunes camarades vous lancent des regards curieux et perplexes lorsque vous sortez de la salle de classe au moment des cours théologiques. Si vous allez assister à un cours de religion avec quelques compagnons musulmans, vous devez bien vous coller à eux et chercher leur protection afin que personne ne se moque de votre religion ou ne vous blesse.

« Être musulman en Grande-Bretagne, c’est savoir que beaucoup de gens n'aiment pas ou ne reconnaissent pas votre religion. Lorsque vous prononcez votre nom, qui trahit votre religion, vous suscitez généralement une réaction négative, qui va de la froideur à une haine manifeste. Être musulman en Grande-Bretagne, c'est être superflu, marginal et suspect. Il est rare que quelqu’un ait de la considération pour vos droits ou votre dignité. Cela signifie que vous devez étudier et travailler pendant vos fêtes religieuses, parce que l'État vous jette du sable dans les yeux et ne reconnaît qu'une seule fête comme jour férié, tandis que vos autres fêtes religieuses sont des jours ordinaires en ce qui concerne l'État, et n'ont aucune signification [particulière]. Rappelez-vous le nombre de fois où vous avez dû assister à un cours important ou à une réunion de travail pendant une fête [musulmane], et où le plaisir de vos enfants pendant ces fêtes a été gâché parce qu’ils devaient passer un contrôle ce jour-là.

« Être musulman en Grande-Bretagne, c'est tout investir dans vos études tout en sachant que, selon toute vraisemblance, vous n’obtiendrez pas de diplôme, même si vous le méritez. Pendant les examens oraux à l'université, en lisant votre nom musulman, l’examinateur fera la grimace et vous donnera une note inférieure à celle des autres étudiants. Même si vous obtenez les meilleures notes [de la classe], l'administration refusera de vous nommer assistant, parce que vous êtes musulman. Ceux qui s’opposeront à votre nomination seront généralement des personnes religieuses, respectueuses des commandements de leur foi, [des gens] qui vous considèrent comme un infidèle indigne de profiter des droits dont vous jouissez.

« Être musulman en Grande-Bretagne, c'est être prêt à émigrer à tout moment. [Cela signifie] choisir les noms de vos enfants et leur scolarisation en fonction du pays dans lequel vous devrez émigrer au cas où vous seriez la cible d'extrémistes. Cela signifie ne jamais atteindre de position élevée dans votre pays, quelles que soient vos compétences. Vous ne pourrez jamais être président ou Premier ministre, commandant de l'armée ou membre des forces de sécurité... [car], aux yeux de l'État, vous êtes un traître susceptible de tisser des liens avec des ennemis de votre religion.

« Être musulman en Grande-Bretagne, c'est traverser l’enfer pour construire une mosquée où pratiquer votre culte. Dans de nombreux cas, l'État et les extrémistes vous empêcheront d’en construire une, car les lois étatiques imposent des limitations qui peuvent transformer la construction d'une mosquée en tâche difficile. [En fait, ces lois] vous limitent même dans la rénovation ou la restauration d'une partie de la mosquée, jusqu'à celle des [canalisations] d’eau, à moins d'obtenir plusieurs permis des autorités. Les extrémistes de Grande-Bretagne voient la construction d'une mosquée comme une offense brutale à leur foi et leur honneur. Dès que vous commencerez à en construire [une], des centaines d'extrémistes apparaîtront, l'attaqueront et la brûleront, et vous attaqueront [aussi], vous, votre famille et vos enfants, [tout en] vous maudissant et vous traitant d'infidèles. Tout cela, simplement parce que vous voulez construire une maison où vénérer Allah. Les flics les laisseront faire ce qu'ils veulent, et n’arriveront sur les lieux pour rédiger un rapport que plus tard, après le départ des criminels.

« Être musulman en Grande-Bretagne, c'est vivre dans le danger d'être chassé de votre quartier à tout moment. Il suffit que les extrémistes vous envoient des menaces de mort et vous donnent un ou deux jours pour partir. [Puis] vous prendrez femme et enfants et déménagerez très loin. Si vous demandez de l’aide aux flics, ils vous diront: ‘Nous vous conseillons de partir pour un petit moment, parce que, pour être honnêtes, nous ne pouvons pas vous protéger.’

« Être musulman en Grande-Bretagne signifie vivre constamment sous la menace d'un massacre. Si vous manifestez pour revendiquer vos droits, les forces de sécurité vous écrasent avec leurs véhicules blindés. Si vous quittez la mosquée avec vos coreligionnaires [musulmans] un jour férié, les extrémistes vous encerclent et vous tuent. Si un commerçant se dispute avec un client musulman de votre quartier, la querelle dégénère rapidement, pour se transformer de différend commercial en guerre de religion. Ensuite, les extrémistes attaquent les maisons des musulmans, les brûlent et tuent [ceux qui se trouvent à l'intérieur]. La police arrivera trop tard, comme d'habitude. Ils appréhendent quelques assaillants, mais quel que soit le nombre de musulmans tués, les meurtriers s'en tireront avec des peines légères, ou seront acquittés.

« Être musulman en Grande-Bretagne signifie que, si vous vivez dans un quartier pauvre, il suffit qu’un voisin se tienne sous votre fenêtre et crie que ‘cet infidèle maudit notre religion sur Facebook.’ Vos voisins extrémistes prendront cela comme un signal d'attaque, encercleront votre maison et vous blesseront, vous et votre famille, tout en vociférant des slogans religieux. Cela arrivera même si vous n'avez jamais maudit leur religion sur Facebook, et même si certains de vos assaillants n'ont aucune idée de ce qu'est Facebook. Après chaque agression, des représentants de l'État surgiront pour prononcer quelques belles paroles devant le sang versé des victimes...

« Être musulman en Grande-Bretagne, cela signifie s'habituer à entendre votre religion décriée partout: à la télévision, dans la rue et dans le métro. La majorité des prêtres qualifient votre religion musulmane d’‘hérésie’ et d’‘erreur’, et enjoignent leurs fidèles à éviter tout contact avec vous ou votre famille, et [même] à éviter de venir vous réconforter après un décès [dans la famille] - car les musulmans ne méritent pas la sympathie et sont voués à l'Enfer et à une fin amère. [Ces prêtres] interdiront à leurs disciples de vous saluer lors de vos fêtes religieuses, car cela signifierait reconnaître ostensiblement votre religion hérétique.

« Être musulman en Grande-Bretagne, c'est voir un extrémiste déchirer votre livre sacré devant les caméras et dire qu'il enverra un de ses petits-enfants uriner dessus. Vous devez accepter cette humiliation publique, et l'extrémiste sera libéré après un procès formel, [alors que] ses partisans auront encerclé le palais de justice tout en lançant des invectives contre votre religion.

« Être musulman en Grande-Bretagne signifie que n'importe qui peut injurier votre religion, parce que vous êtes musulman. Pourtant, si vous critiquez la religion de la majorité, ils vous jetteront en prison pour de nombreuses années pour avoir injurié une religion. Ainsi, vous découvrirez que, en Grande-Bretagne, ‘injurier une religion’ signifie insulter la religion de la majorité, alors que s'agissant de la religion de la minorité, n'importe qui peut l'insulter, la dénigrer ou déchirer son livre saint en toute impunité.

« Si vous êtes musulman en Grande-Bretagne, vous devez demander la religion d'une jeune fille avant de vous amouracher d’elle, sinon votre histoire d'amour se terminera en tragédie. Si vous tombez amoureux d’une fille d'une religion différente, des milliers d'extrémistes verront cela comme une grave insulte à leur honneur, que seul votre sang pourra effacer... A leurs yeux, vous êtes un infidèle qui ne doit pas contaminer une fille de leur [communauté] religieuse...

« Si vous êtes musulman en Grande-Bretagne, vous devez accepter que la liberté de culte est une proposition à sens unique. Si un musulman se convertit à la religion de la majorité, l'Etat le félicitera, l’accueillera à bras ouverts et éliminera tous les obstacles sur son chemin. Pourtant, si l'inverse se produit, et que quelqu'un décide de se convertir à la religion de la minorité, le [nouveau converti] devra quitter le pays dès que possible, parce que s'il reste, les extrémistes le tueront au nom de leur 'devoir religieux'.

« Enfin, si vous êtes musulman en Grande-Bretagne, vous ne devez pas vous attrister de toute cette injustice. Haïr votre pays ou le quitter. Rappelez-vous comme la Grande-Bretagne était belle et tolérante avant d’être envahie par des idées extrémistes soutenues par les pétrodollars. Souvenez-vous que nous [les musulmans et la majorité] avons toujours coexisté en Grande-Bretagne, mangé et bu [ensemble], partagé des moments heureux et des moments difficiles, et défendu notre patrie corps et âme.

« Rappelez-vous que pour chaque extrémiste, il existe une dizaine de personnes tolérantes qui ont grandi dans le respect des croyances des autres. Qui souffrent des attaques des extrémistes autant que vous. Ne quittez pas la Grande-Bretagne, que vous aimez. Restez et défendez-la. Cramponnez-vous et mettez vos mains dans les nôtres, et nous libérerons notre pays de la bande de sauvages extrémistes qui tentent de s'en emparer.

« Cher lecteur, cet article contient une erreur délibérée. Veuillez remplacer le mot ‘Grande-Bretagne’ par ‘Egypte’, le mot ‘musulman’ par ‘Copte’ et ‘mosquée’ par ‘église’, puis relisez l'article et vous découvrirez ce que signifie être un Copte en Egypte aujourd'hui. Puis, j'espère que vous appellerez tous les Coptes que vous connaissez pour leur souhaiter un joyeux Noël.

« La démocratie est la solution. »

-------------------------------------


[1] Al-Masri Al-Yawm (Egypte), 7 janvier 2013.

[2] Photo: Al-Masri Al-Yawm.

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.  
Retour à l'accueil