Mise à jour - Voici la réponse de Geert Wilders : «Heureusement, nous avons la liberté d'opinion ici. Au lieu de s'inquiéter à mon sujet, le régime militaire égyptien devrait se préoccuper de la protection et des droits des chrétiens en Egypte et de la prévention de nouvelles effusions de sang».

Le pays qui est en train d'appliquer la Solution Finale aux coptes se plaint du livre à paraître de Geert Wilders qui serait supposément blasphématoire. Quelle hypocrisie !

A noter que le dernier paragraphe de cette nouvelle est erroné, l'Égypte n'ayant jamais interdit à Geert Wilders d'entrer sur son territoire.

 

Geert Wilders Radio interview picture

 

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a convoqué, mercredi, l'ambassadrice néerlandaise au Caire, Susan Blankhart, pour lui faire part de sa condamnation à l'orientation du député hollandais Geert Wilders de publier un livre blasphématoire envers l'Islam et ses symboles.

"Ce geste illustre la culture de la haine et du mépris des religions qui va à l'encontre des règles élémentaires du droit international et des chartes des droits de l'homme ", a précisé le ministère, cité par l'agence de presse MENA. Selon des sources diplomatiques, " l'Egypte post-révolution ne peut pas ignorer de tels comportements inadmissibles qui risquent de se répercuter négativement sur les relations entre les deux pays ".

Le parlementaire néerlandais, qui était en visite récemment dans le cadre d'une délégation européenne, s'est vu interdire récemment l'entrée en Egypte.

 

 

Sources: AtlasInfo, 14 décembre 2011 et Poste de veille

Retour à l'accueil