La plus haute autorité de la plus grande nation musulmane du monde, par la voix de son président, Kiai Hajj Amin Ma’ruf, a défendu la pratique des mutilations génitales comme étant « une pratique recommandable avec un fondement moral ». Il a exprimé son rejet des tentatives d’interdiction de cette pratique rentrant dans le cadre des « droits de l’homme » , protégé par la constitution de l’Indonésie a-t-il souligné.

Pour être tout à fait clair, l’islamiste a précisé que les mutilations se pratiquent « en sectionnant la partie supérieure du clitoris ».

Le 15 janvier dernier, Amin Ma’ruf a déja suscité l’indignation en blaguant sur les violences sexuelles faites aux femmes.

Encore un exemple de la « moralité » des plus hautes autorités musulmanes mondiales, qui sera caché par la presse subventionnée en France, afin de ne pas ternir l’image de l’islam, idéologie que les Français estiment à 74% contraire à notre système de valeurs selon le dernier  sondage Ipsos.

Source

Retour à l'accueil