« Baise la main que tu ne peux couper. »
Proverbe arabe.

L’idée – fausse,  selon laquelle l’islam serait une religion de paix, de modération et de tolérance, n’est pas uniquement colportée par quelques intellectuels autoproclamés européens, n’ayant jamais lu le Coran. Elle l’est aussi abondamment par les imams vivant et faisant oeuvre de prosélytisme en Europe.

Mais lorsque ces imams présentent l’islam comme tolérant, modéré, visant à la paix, ils le font selon leurs définitions de ces notions. Or leurs définitions sont celles qui ont pour référence l’islam et ses valeurs. Pour eux, être tolérant, c’est agir comme l’ordonne le Coran ; de même être modéré, c’est agir selon les prescriptions du Coran ; et la paix, pour eux, s’obtient quand règne l’islam, c’est à dire quand s’applique la Charia, la loi d’Allah, telle que donnée par le Coran (et bien entendu aussi par la Sunna).

Dans ces conditions, pour eux, l’islam ne peut évidemment pas être autre chose que de paix, de modération et de tolérance. Mais il est bien évident qu’en réalité, le sens que ces imams donnent à ces termes n’a rien à voir avec celui que les Européens leur donne. La tolérance selon l’islam n’est pas la tolérance selon les conceptions européennes.

Pour un musulman, être tolérant, c’est, par exemple, attribuer le statut infériorisant de dhimmis aux non musulmans chrétien ou juif, plutôt que de les expulser ou de les tuer, comme il faudrait le faire avec un polythéiste.

Les imams qui vivent en Europe et s’expriment dans les médias connaissent très bien le monde européen actuel. Ils connaissent par conséquent parfaitement la conception que se font les européens de ces diverses notions. Ils sont parfaitement conscients de la différence importante entre elle et leur conception, celle de l’islam. Mais ils continuent de dire publiquement l’islam tolérant, modéré et de paix, sans jamais faire état de cette différence de définition, et, ce faisant, ils se montrent très volontairement hypocrites, cherchant à duper les Européens, et parvenant parfaitement à le faire grâce à la naïveté angéliste confondante d’une bonne partie de nos actuelles élites médiatiques et « intellectuelles ».

En atténuant toute réaction des Européens face à l’intolérance (au sens des Européens) véritable de l’islam, ils servent le développement de leur religion en terre d’Europe, et mettent pleinement en application le proverbe arabe cité en tête de cette section : la main de l’Europe est encore trop forte pour la trancher ? amadouons la donc.

Cette technique est aussi prescrite par le Coran : comme il l’a déjà été dit, la guerre sainte contre les infidèles est commandée par le Coran, et constitue le moyen normal de propagation de l’islam. C’est pourquoi les musulmans, s’ils sont les plus forts, ne doivent pas appeler à la paix tant que les infidèles ne se sont pas soumis :

Sourate 47, verset 35 [XLVII,37]: « Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus forts, qu’Allah est avec vous, et qu’il ne vous frustrera jamais du mérite de vos oeuvres. »

Implicitement donc, si les musulmans ne sont pas encore les plus forts, il leur faut bien appeler à la paix. Jusqu’à ce que le rapport de force s’inverse…

 

 

 link link

Retour à l'accueil