L´imam de Drancy Hassen Chalghoumi, appelé "Imam des Juifs" par ses détracteurs, est devenu une cible privilégiée de l´islam radical en France.
Le MEMRI, dans le cadre de son projet de veille du discours xénophobe et de la propagande extrémiste en français, met en ligne deux vidéos de Hassen Chalghoumi.

La première vidéo, sans paroles, présente une série de photos de l´imam, permettant de le reconnaître en toutes circonstances, suivie d´une série de photos de l´écrivain franco-algérien Mohamed Sifaoui, et enfin de photos du recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur. Le grand rabbin de France Gilles Bernheim apparaît également sur la vidéo, en compagnie de l´imam Hassen Chalghoumi.

Dans cette première vidéo, ces photos de personnalités musulmanes connues pour leur modération et leur ouverture au dialogue apparaissent sur un fond sonore de coups de feu. La vidéo est accessible par tous sur YouTube et a largement dépassé le millier de vues.
Voir la vidéo sur MEMTI TV : http://www.memritv.org/clip/en/3562.htm
 
La deuxième vidéo, mise en ligne fin juillet 2012 sur le site islamiste mon-islam, présente, sous le titre "Humour : Chalghoumi le cheikh et imam des Juifs", les propos tenus par Hassen Chalghoumi lors d´un débat. Il y dénonce l´islam radical ainsi que le fait qu´en Europe, les musulmans sont "pris en otage", la proie aussi bien du racisme que de l´intégrisme. Il souligne en outre la responsabilité du cheikh Youssef Qaradhaoui face à la montée de la menace islamiste.
Ci-dessous des extraits de l´intervention de Hassen Chalghoumi.

Voir la vidéo sur MEMTI TV :

http://www.memritv.org/clip/en/3561.htm

Modérateur Robert Solé : Vous êtes un défenseur de la République et des lois républicaines ; on vous connaît. Alors qu´est-ce qu´on peut faire pour que cet islam tolérant que vous incarnez se traduise dans les faits, sur le terrain, pas seulement en France mais au Moyen-Orient et au Maghreb éventuellement ?

Hassen Chalghoumi : Ca fait des années qu´on dénonce l´islam radical. Ca fait des années qu´on dit : "Faites attention !" Hier, juste hier soir, il y a eu une manifestation en Tunisie : presque 3 000, 4 000 salafistes qui appellent à la mort aux Juifs. Cette minorité d´égarés est composée de trois [groupes] : ou bien les salafistes, qui sont les djihadistes (l´un d´eux était Mohamed Merah), ou bien les Frères musulmans. L´Egypte est torturée par les Frères musulmans – une idéologie énorme, catastrophique.

En 2008, j´étais au Parlement. J´ai dit : "(…) Ecoutez, nous, les musulmans d´Europe, nous sommes des otages [pris] entre intégrisme et racisme (…) J´ai dénoncé cela. Il y avait tous les ministres européens. L´Occident n´aide pas l´islam soufi - non.

Ils [les salafistes] étaient là, en Europe, réfugiés politiques. Ils sont retournés en Tunisie. Ils ont pris le pouvoir. [Leur nombre] dépasse les 27 000 salafistes en Tunisie. Les armes qui rentrent… Libérés d´un dictateur et ramenés aux démons des Salafistes, les femmes les premières. Vous savez, après la Révolution en Tunisie, qui a été le premier martyr ? C´était un prêtre, à la Goulette. Assassiné, un prêtre d´une église !

[…] Je salue le courage, et je rends hommage au président de la République, je rends hommage au ministre de l´Intérieur qui ont interdit Qaradhawi, ce fameux Qaradhawi, avec d´autres fanatiques.

Je veux vous dire une chose : d´après le renseignement tunisien, 7000 salafistes de France sont descendus en Tunisie. Imaginez ! Les gens qui sont actuellement ministres islamistes en Tunisie étaient en France. Dans ce cas, notre rôle essentiel est, même si c´est un peu dur de le dire, de commencer ici.

Vous savez, une source à la police m´a dit : on a au minimum 5000 femmes [qui portent] le voile intégral. A l´époque du dictateur Ben Ali, il n´y en avait même pas une !

Le 25 janvier de cette année, j´étais à la synagogue de Tunis. J´ai amené 40 imams avec moi. De différentes origines : Sénégalais, Maliens, Algériens, Tunisiens, Marocains… On était à la synagogue. J´ai vu la communauté juive de Tunis terrifiée. Ils ont dit que c´est la première fois que des non-Juifs entrent dans la synagogue depuis la Révolution. En tant qu´imams, on était menacés là-bas ; ce n´était pas simple. Heureusement, il y avait la protection policière.

Et cela vient d´hommes comme Qaradhawi, d´une chaîne comme Al-Jazeera, d´un politique comme celle du Qatar (…)

 

 

memrieurope.org.

Retour à l'accueil