Un attentat (09/09/2001) en lien avec l'islam

Suite à l’attentat du 11 septembre 2001, nombreux furent ceux qui, leaders comme médias (dont le New York Times), affirmèrent que cet attentat n’avait « rien à voir avec l’islam ».

Attentat du 9 septembre 2001 - Réjouissance de musulmans

 

Salman Rushdie, le célèbre écrivain, affirma que ce démenti était largement inexact.

Comme Rushdie le soulignait : si ça « n’a rien à voir avec l’islam », pourquoi ces manifestations de soutien à Oussama ben Laden et à Al Qaida qui ont eu lieu dans tout le monde musulman?

Malheureusement… cet attentat avait bel et bien « à voir avec l’islam ».

Notamment…

En date du 29 septembre 2011, c’est-à-dire 10 années après les attentats du 9 septembre 2001, les terroristes islamistes ont conduit plus de 17,800 attaques terroristes sur la face de la planète.

Assez particulier pour une religion qui prétend être « une religion de paix » (cf. http://www.thereligionofpeace.com/).

Comme le dit l’adage, « on juge l’arbre à ses fruits ».

L'intégrisme musulman n'est pas la maladie de l'islam, il est l'intégralité de l'islam

Il est devenu politiquement et religieusement correct de présenter l’islamisme comme étant un genre de maladie de l’islam.

De fait, les « islamistes » sont-ils des musulmans « normaux » ou des musulmans « déviants » ?

Or, comme l’affirma Abdelwahab Meddeb : « La lettre coranique, soumise à une lecture intégrale, peut résonner dans l’espace balisé par le projet intégriste. »

Autrement dit, celui qui veut s’en tenir au texte, à la lettre, à la lecture littérale du coran, peut trouver de quoi justifier une action guerrière et même terroriste.

On ne peut faire comme si le coran ne comportait pas des versets qui appellent à l’intolérance et même à la guerre, et comme si Mahomet (le modèle désigné dans l’islam) n’avait jamais appelé à la vengeance, jamais versé le sang.

L’intégrisme n’est pas la maladie de l’islam, il est l’intégralité de l’islam. L’islam des intégristes, des islamistes, c’est malheureusement l’islam qui colle à la norme, à la lettre.

De plus…

Même si on pouvait mettre sous les verrous tous les islamistes et terroristes, il restera toujours cet intégrisme diffus dans la société musulmane qui n’est que le désir d’application intégrale du coran et de la sunna.

Un islam qui inquiète...

Cet islam intégriste inquiète les non-musulmans d’autant plus qu’ils le connaissent assez mal.

Il inquiète même les musulmans dits « modérés » qui aimeraient bien voir l’islam sous un autre jour.

De fait, il est courant d’entendre dire :

  • « L’islam est une religion guerrière »
  • « L’islam impose le port du voile »
  • « Les musulmans n’aiment pas les chiens »
  • « L’islam est contre les images et les statues »
  • « L’islam est contre la modernité »
  • « L’islam déteste l’Occident »

Or, ces idées perdurent parce qu’elles comportent malheureusement une grande part de vérité.
Seulement on n’ose pas l’avouer, paralysé par la crainte d’aller à contre-courant ou de passer pour raciste.

Le poids du droit musulman

La méconnaissance quasi totale du droit musulman est très répandue, aussi bien chez les politologues que chez les musulmans eux-mêmes !

Les textes fondateurs dans l’islam constituent un édifice à trois étages :

  • Le coran
  • La tradition (sunna)
  • Le droit musulman (fiqh)

Ces trois étages sont reliés et renvoient le même écho. Ce que le musulman lit dans le coran, il en trouve l’exemple illustré chez Mahomet dans la sunna et il découvre la réglementation dans les traités de droit musulman.

Tous ces textes fondateurs ont finalement acquis, aux yeux du dévot musulman, un statut intemporel. Ces textes seraient valables pour tous les temps et pour tous les lieux...!

Il faut savoir regarder le catalogue des interdits islamiques pour constater le poids du carcan qui pèse sur le musulman et encore plus sur la femme musulmane.

Quelques interdits islamiques

La femme musulmane …

  • … ne peut laisser voir ses cheveux, ses bras et ses jambes
  • … ne peut épouser un non-musulman
  • … ne peut mettre des vêtements d’homme
  • … ne peut porter une perruque
  • … ne peut se limer les dents

L’homme musulman …

  • … ne peut être sculpteur ou dessinateur
  • … ne peut porter des vêtements en soie ou des bijoux en or
  • … ne peut jouer un instrument de musique
  • … ne peut pratiquer les jeux de hasard
  • … ne peut prêter de l’argent avec intérêt
  • … ne peut diriger une société de crédit
  • … ne peut être agent d’assurance

La femme et l’homme musulmans …

  • … ne peuvent critiquer leur religion
  • … ne peuvent quitter leur religion
  • … ne peuvent porter une croix
  • … ne peuvent boire de l’alcool
  • … ne peuvent manger du porc
  • … ne peuvent consommer de la viande non saignée rituellement

… bref, jusqu’à 70 interdits pour certains jurisconsultes, mais beaucoup plus selon d’autres…!

Or, quand ce droit est appliqué, ceci peut aboutir à avoir la main coupée et, en cas de récidive, le pied (pour le vol), ou à être flagellée ou lapidée (pour la femme adultère).

Une loi islamique incompatible avec les aspirations et les droits fondamentaux de l’être humain

Cette loi islamique n’est évidemment pas compatible avec les droits de l’homme.

Malheureusement, elle fait partie intégrante de l’islam classique et orthodoxe. Elle en est même « la substantifique moelle ».

De fait, entre des faits islamiques récents rapportés par les médias et des textes musulmans vieux de treize ou quatorze siècles, il existe une parenté.

Notons qu’il existe un moyen simple de trouver réponse et d’avoir l’heure juste à propos de l’islam : s’adresser directement au coran. De cette manière, on n’a pas à chercher midi à quatorze heures.

Pour terminer… un souhait

Un constat : le droit musulman étouffe le musulman tout en étant un frein à l’harmonie entre les peuples.

Souhaitons que la parole de mort de certains textes fondateurs du coran soit neutralisée par l’instinct de vie, le désir de développement et d’évolution des peuples musulmans.

Car il ne faut pas l’oublier, un musulman est avant tout un être humain, c’est-à-dire un être doué de raison et de cœur aux profondes aspirations.

Puisse l’humanité l’emporter sur tout ce qui se retourne contre l'être humain, qu'il soit musulman ou non.

 

Sous-titres, choix des textes, personnalisation et adaptation pour le Web par Points de Repères.
Article à partir de L'islam des interdits par Anne-Marie Delcambre, à titre particulier l'introduction de son excellent ouvrage, Desclée de Brouwer, 2003, Paris, 145 p.

Retour à l'accueil