La presse française est en grande majorité de gauche, voir d’extrême gauche. Ce qui n’étonnera personne, ou pas grand monde. Toute la droite s’en plaint, des bayrouistes aux frontistes (surtout ces derniers d’ailleurs). Voilà qui fait depuis des années les affaires de la gauche et de leurs officines associatives dont les communiqués sont quasiment tous repris avec fanfare. Un coup de sang, contre la forme.

L’idiosyncrasie de la presse française dite “pensante” se résume à quelques termes : “nauséabond” “ultra-droite” “populisme”, et lorsque cela vise quelques chanceux, plus particulièrement, “racisme” ou “nazisme”. De fait, le journaliste n’est plus qu’une pisse-copie de l’AFP et de SOS racisme ou Act’up. Un journalisme militant qui ne se dit pas – et qui est donc hypocrite. La démocratie n’en tire pas gloire.

Je prend pour exemple le dernier “article” (si on peut appeler ça un article) du Huffington post, qui s’inscrit dans une longue chaine d’indignation enflammée, entamée par SOS racisme, poursuivie par Médiapart – toujours dans les bons coup quand il s’agit de dénoncer le racisme – à propos d’un sondage mis en ligne sur le site de l’UMP, ici. La question qui est posée est la suivante :

Pour lutter plus efficacement contre les actes de délinquance commis par une frange de la population qui a fait de la violation de la loi pénale son mode habituel de vie, doit-on expulser les étrangers auteurs de tels faits ?

Une question tout à fait correcte, mais dont on peut concevoir qu’elle choque notre inquisition de la bien-pensance. Ce qui n’a évidemment pas manqué. Le gros souci, c’est que les médias sont allés aussi vite que les réseaux sociaux, et avec la même attitude belliqueuse et passionnée, de manière aveugle et sans discernement, excluant par là-même toute argumentation, prospection et pédagogie. Voilà comment l’honnêteté et la tempérance journalistique du Huffington post présente cet infamant sondage en énorme sur son site, je vous laisse apprécier :

Et Médiapart et Huffington post de s’auto-recopier et de reprendre les communiqués de SOS racisme et autres officines : “En faisant trés clairement le lien entre délinquance et immigration, cette question est de celles qui participent de la stigmatisation des étrangers”, déplore SOS Racisme ; allant même jusqu’à reprendre et copier-coller des tweets choisis de militants anodins. Et Twitter n’est pas connu pour la sagesse et l’honnêteté qu’il permet…

Voilà à quoi nous sommes réduit dans le milieu journalistique : de la pisse-copie. ne fait ni plus ni moins que de pisse-copier les mêmes dépêches d’extrême gauche, les mêmes que celles des autres canards, eux aussi pour dire les mêmes choses dans les mêmes termes. L’Huffington post, lancé en fanfare il y a seulement quelques semaines, brille donc déjà par sa totale inutilité dans le paysage médiatique actuel. Il est temps que les journalistes, chroniqueurs et penseurs de droite pondent eux aussi leurs pure player, organisent des contre-pouvoirs, et mettent un frein à cette dégénérescence médiatique. Un coup de sang, ça fait du bien, mais il se transforme en bien véritable lorsqu’il alimente une volonté de justice.

 

 

link

Retour à l'accueil