Une jeune fille chrétienne a été exclue pendant plus d'une semaine  de son école de Beni Mazar, dans la province de Minya, parce qu'elle refusait de porter le voile. "La direction de l'école a qualifiée de "manque de pudeur" le fait de ne pas couvrir ses cheveux», a déclaré Nader Shoukry une militante de la cause copte, qui a découvert l'histoire.

«Les étudiants  coptes sont forcés d'obéir par crainte de menaces de la direction de l'école", a déclaré M. Wagdy Halfa, l'avocat de la jeune fille, «la famille de Ferial Sorial Habib a refusé cette décision parce qu'elle est incompatible avec la liberté religieuse et relève d'une islamisation flagrante de l'éducation. "

Ferial a été empêché d'entrer dans son école par le travailleur social, Mme Ola Abdel Fattah, pendant huit jours consécutifs.

Son père est allé à l'école le 17 septembre pour protester contre cette décision, mais l'école a déposé une plainte à la police contre lui pour diffamation.

M. Wagdy Halfa, l'avocat de l'étudiant, a déclaré que l'école publique secondaire de Shaikh Fadl (à Bani Mazar), qui avait envoyé un avertissement aux étudiants chrétiens les obligeant à porter une robe tête, semblable à la Hijab, et de ne pas révéler leurs cheveux, sinon ils seraient vu refuser l'entrée à l'école.

  Le père de Ferial a déposé une plainte officielle auprès du Procureur de l'Etat et une autre avec le ministère de l'Éducation de Bani Mazar, précisant l'école s'est transformée en une «pépinière de militants» et a agi hors de sa portée juridique en forçant sur ​​les élèves ce qui n'est pas spécifié par la loi ou dans les orientations pédagogiques. Il a demandé aux autorités d'enquêter sur cet incident.

 

 

Source et suite

 

 

 

AINA (communiqué de presse) 30 Septembre 2011
Par Mary Abdelmassih

Retour à l'accueil