Le groupe de Belmokhtar révèle l’identité de bombes humaines tunisiennes et égyptiennes ; appelle les musulmans français à perpétrer des attentats sur le sol français, menace de prendre pour ciblesles intérêts français


Le 9 septembre 2013, le groupe Al-Muwaqi´un Bi Dimaa mettait en ligne une vidéo montrant des entraînements et opérations dans plusieurs régions du Sahara. Des informations sur la vidéo avaient été divulguées quelques jours plus tôt sur ​​le site de l’agence depresse mauritanienne Nouakchott, [1] comme la nationalité de bombes humaines du groupe Al-Muwaqi´un Bi Dimaa. On note la présence de plusieurs terroristes-suicides tunisiens et égyptiens ayant pris part à des opérations majeures d’Al-Muwaqi´un Bi Dimaa cette année.

La vidéo, en hommage à Abd Al-Hamid Abou Zayd, haut-commandant islamique d’Al-Qaïda au Maghreb (AQMI) tué dans un raid aérien français au nord du Mali, contient les éléments typiques de ce genre de vidéos : une présentation des moudjahidines comme étant des gardiens de la Oumma face à l´ennemi ; la présence de nasheed djihadistes ; des testaments de martyrs ; des séquences d’entraînements militaires et de préparation d´attentats.

Quelques éléments clés apparaissent dans cette vidéo :

Mokhtar Belmokhtar, le chef d´Al-Muwaqi´un Bi Dimaa, apparaît à différents endroits : soit il participe personnellement à l’entraînement de ses hommes, soit il s’adresse à ses combattants. Belmokhtar, qui dans le passé préférait faire profil bas et éviter les apparitions publiques, semble avoir changé de stratégie, notamment après la création de son groupe, Al-Muwaqi´un Bi Dimaa, l´année dernière. La multiplication des apparitions publiques de Belmokhtar, les attaques de son groupe contre des cibles et des ressortissants occidentaux et ses efforts visant à se faire sa place dans réseau mondial d’Al-Qaïda, révèlent l´intention de continuer à jouer un rôle important même après son départ d´AQMI, et de se présenter comme un acteur majeur au sein des groupes djihadistes opérant dans le Sahara.


En outre, la vidéo montre un important contingent de combattants muhajirines (étrangers) dans les rangs d´Al-Muwaqi´un Bi Dimaa ; parmi eux plusieurs Tunisiens et Egyptiens. La vidéo présente quelques-uns de ces combattants, notamment des bombes humaines qui ont participé aux attaques contre les installations pétrolières d´Ain Aminas 
[2]aux attentats conjoints contre une base militaire dans la ville d´Agadez et un centre d´uranium français dans la ville d´Arlit, au Niger, en mai 2013.


Dans une séquence de la vidéo, Abou Osama Al-Masri (« l´Egyptien ») incite un groupe de combattants à prendre pour cibles les intérêts et les ressortissants français. Al-Masri s’adresse en particulier aux musulmans résidant en France et les appelle à imiter Mohammed Merah : « Chaque frère musulman en France, qu’il soit de nationalité tunisienne, algérienne [ou] marocaine... tous, indépendamment de leur adhésion au minhaj [voie] du djihad ou autre, sont [considérés comme] des musulmans, et ont l’obligation [de mener] le djihad al-dafi [djihad défensif], et ont l’obligation de venger leurs frères ». Al-Masri ajoute : « La jeunesse musulmane qui se trouve en France a une obligation majeure [de perpétrer des attentats] même avec un couteau, une pierre, même en entrant [quelque part] pour gifler deux ou trois Français… tout est bon ! Ce qui compte pour nous est d’entendre que quand il [l´agresseur] attaque le Français, il le fait pour Allah, [et] pour venger les musulmans, et leur honneur. »

A un autre endroit, un commandant de champ nommé Omar Ould Hama émet un message en français, s´adressant à la France en particulier, mais aussi aux Etats-Unis et aux pays membres de l´OTAN. Ould Hama menace de viser la France sur son sol, ainsi que les intérêts économiques et militaires français à travers le monde.


Concernant l´attaque d’Ain Aminas, la vidéo nomme au moins trois étrangers qui y ont participé : Battar Al-Masri, Abou Hajar Al-Masri et Azzam Al-Tunisi.


Quant aux attaques conjointes au Niger, perpétrées avec le groupe Al-Tawhid Wal-Jihad en Afrique de l´Ouest (MUJAO), les individus nommés sont : 
Farouq Al-Tunisi, Khubaib Al-Ansari, Abou Ali Al-Nigeri, Muntasir Al-Maghrebi, Abou Abdallah Al-Sudani, Jafar Al-Ansari, Salman Al-Sahrawi (MUJAO), Jafar Al-Sahrawi, Muhammad Al-Ansari, and Muhanad Al-Tunisi.



Notes :

[1] Voir le rapport de MEMRI JTTM, Belmokhtar´s Group Releases Video Detailing Oil Facility Attack In Algeria, Attack Against French Company, Military Base In Niger, 4 septembre 2013.

[2] Voir le rapport de MEMRI JTTM, In A Video That Was Intended For Publication Following The Capture Of The Western Hostages In Algeria, Mokhtar Belmokhtar Offers To Exchange US Hostages For Blind Sheikh, ´Aafia Siddiqui, 21 janvier 2013 ; Spokesman For Jihadi Group Al-Muwaqi´un Bi-Dimaa´: We Have Kidnapped 41 Foreigners In Algeria, Including Americans, French, British, Japanese, 16 janvier 2013.

 

 

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

 

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le sitewww.memri.org/french.

Retour à l'accueil