Ne croyez pas la groß presse ! Ce qui se passe en Syrie, indépendamment de la dictature indéfendable qu’y fait régner le régime de Bachar al-Assad, n’est pas le “soulèvement” de la démocratie contre une dictature… Ce sont les islamistes de tout poil et de toute origine qui sont partis à l’assaut du pouvoir pour imposer la sharia. Lisez cette dépêche d’avant-hier de l’Agence Fides qui montre que dans les zones contrôlées par les islamistes, les chrétiens syriens sont victimes d’un véritable “nettoyage ethnico-religieux”… D.H.

Groupe armé islamiste à Homs

 

Alors que les forces de l’opposition syrienne se sont rendues coupables de violences, d’abus et de tortures – comme l’affirme un rapport rendu public hier par l’ONG Human Rights Watch – à Homs, est « en cours un nettoyage ethnique à l’encontre des chrétiens » nettoyage mis en œuvre par la « Brigade Faruq », proche d’Al Qaeda. C’est ce qu’affirme dans une note envoyée à l’Agence Fides l’Église orthodoxe syrienne, qui rassemble 60 % des chrétiens en Syrie. Des militants islamiques armés – affirme la note – sont parvenus à expulser 90 % des chrétiens de Homs et ont placé sous séquestre leurs maisons par la force. Selon des sources du Métropolite orthodoxe, les militants se sont rendus de maison en maison, dans les quartiers d’Hamidiya et de Bustan al-Diwan, obligeant les chrétiens à s’enfuir, sans leur donner le temps de prendre quoi que ce soit avec eux. La « Brigade Faruq » est gérée par des éléments armés d’Al Qaeda et par différents groupes wahhabites et compte dans ses rangs des mercenaires provenant de Libye et d’Iraq.
Le vicaire apostolique d’Alep, S.E. Mgr Giuseppe Nazzaro, fait ce commentaire pour Fides : « Nous ne disposons pas de sources permettant de confirmer directement ces informations mais on peut dire que de tels rapports commencent à faire s’écrouler le mur de silence jusqu’ici construit par la presse dans le monde entier. Dans cette situation, les mouvements islamistes et terroristes commencent à s’imposer ». Le vicaire apostolique rappelle avec préoccupation un certain nombre d’épisodes récents : « Dimanche dernier, une voiture piégée a explosé à Alep, dans les environs de l’école des Frères Franciscains. Par miracle, un massacre d’enfants a été évité au Centre de catéchèse de l’église de Saint Bonaventure et ce seulement parce que le franciscain responsable, pressentant un danger, a fait sortir les enfants avec un quart d’heure d’avance sur l’horaire fixé. D’autres bombes ont explosé à Damas : il s’agit de signaux négatifs pour les minorités religieuses ». En ce qui concerne les perspectives de la situation, le vicaire apostolique indique : « J’ai confiance dans le fait que la paix puisse revenir : c’est pourquoi nous chrétiens continuons à prier incessamment ».
Entre temps, à Homs, racontent des sources de Fides, un certain nombre de Jésuites resté sur place rend un témoignage héroïque, s’engageant à réconforter et à porter des aides humanitaires à des personnes se trouvant dans le besoin et dans des situations de misère extrême, accomplissant ainsi leur mission de « constructeurs de ponts ». Les religieux demandent aux forces en présence de s’inspirer à la tolérance, au pluralisme culturel et religieux, invitant au dialogue, refusant la violence et demandant le respect de la dignité humaine et des valeurs de l’Évangile. Les jésuites en Syrie sont au service des jeunes, des réfugiés, de l’instruction des enfants et des adultes, du dialogue interreligieux et de projets de développement rural.

Sources : Agence Fides et http://www.christianophobie.fr/

Retour à l'accueil