Dans un article paru le 31 août 2011 dans Al-Wafd, quotidien du parti égyptien du même nom, Ahmad Ezz Al-Arab, vice-président du parti, présente des extraits traduits d´un article du négationniste Jim Kirwan, conseillant aux lecteurs de consulter ses autres écrits sur le site de ce dernier.

 

Ce n´est pas la première fois qu´Ezz Al-Arab présente les écrits de Kirwan. Dans un article d´Al-Wafd intitulé "L´Holocauste juif – entre faits et imagination", publié le 14 août 2009 et réimprimé le 6 novembre de la même année, il présentait un autre article de Kirwan niant l´Holocauste.

 

Ci-dessous des extraits de ces deux articles d´Ezz Al-Arab basés sur les écrits de Kirwan : (1)

 

Le sionisme a transformé la fable de l´Holocauste juif en "vache sacrée"

 

Dans son article du 31 août, intitulé "La démocratie américaine démolie", Ezz Al-Arab écrit : "Le célèbre auteur américain Jim Kirwan a un site bien fourni contenant des centaines, voire des milliers d´articles. Plusieurs d´entre eux sont consacrés à la question de la défense de la liberté dans son pays, les Etats-Unis. [Kirwan] dénonce les inventions dont les médias [américains] fabulateurs se servent pour détourner l´attention des Américains, ainsi que les mensonges diffusés par les groupes de pression politiques, notamment les organisations juives, dont la plus importante est le célèbre AIPAC…

 

Kirwan fait preuve d´un rare courage, vu qu´il habite à New York, bastion du sionisme international. Malgré cela, il n´hésite pas à dénoncer les mensonges juifs, et principalement la fable de l´Holocauste, l´affirmation sioniste selon laquelle Hitler aurait exterminé six millions de Juifs. Le sionisme, qui recycle régulièrement ce mensonge, a réussi à en faire une vérité irréfutable dans le pays occidentaux. [L´Holocauste est devenu] une vache sacrée à qui l´on offre des sacrifices, à tel point que plusieurs pays ont amendé leur code pénal pour que tenter de réfuter l´Holocauste ou même le nombre de six millions… devienne un crime punissable par la loi.

 

Le 6 novembre 2009, j´ai publié dans Al-Wafd des preuves décisives niant [la véracité de] l´Holocauste, citant Jim Kirwan. Tous ceux que cela intéresse devraient se référer à l´article cité plus haut. Dans cet article–ci, je publie des extraits d´un [autre] article de Kirwan, daté du 3 juin 2009 et intitulé ´La liberté sous le feu´, où il explique comment les groupes de pression politiques, notamment l´AIPAC, méprisent la liberté du citoyen américain, avec le soutien total de l´élite politique au pouvoir, en raison de leurs intérêts communs. Kirwan écrit :

 

´La liberté, telle que décrite dans la constitution américaine, se trouve sous le feu [des critiques] depuis que la révolution Reagan a transformé nos libertés individuelles et notre droit de défier le gouvernement en revendications obsolètes et sans effet, qui n´ont plus aucun sens face à la réalité de la ´Gloire et décadence de la Justice´…

 

Les libertés des Américains sont désormais sous le feu [des critiques] de deux groupes étrangers qui, s´ils arrivent à se faire entendre et à gagner la complicité du Congrès, signeront la fin des libertés véritables que les Américains croient acquises.

 

Le premier de ces deux groupes est le Comité d´action politique israélo-américain [American Israel Public Affairs Committee], l´AIPAC, qui a pris le contrôle des choix du Congrès et du gouvernement en général. Cela a permis à l´AIPAC de définir et contrôler fermement la politique nationale des Etats-Unis, ce qui n´est pas dans l´intérêt des Etats-Unis. Le chef du cabinet d´Obama est un Israélien-Américain, pas un Américain-Israélien… Cela montre quelle nation a le dessus chez l´individu qui revendique les privilèges légaux de la double citoyenneté.

 

Aucun non-Américain ne devrait faire partie des bureaux liés au cabinet décisionnaire du gouvernement des Etats-Unis. Il ne s´agit pas là de discrimination à l´encontre des non-Américains ; il s´agit d´être bien sûr que le gouvernement américain représente avant tout les citoyens américains. Les Américains ont besoin de toute l´aide possible actuellement ; alors pourquoi une si grande partie de notre argent va-t-il à l´Etat d´Israël encore inachevé ? et combien de ces décisions dépendent de l´influence illégale de l´AIPAC ? Pourquoi la Maison blanche et le Cabinet d´Obama sont-ils sur-représentés par des éléments pratiquement affiliés à un gouvernement étranger ?

 

Est-ce la raison pour laquelle tous les candidats politiques américains à toutes les fonctions déterminantes du gouvernement doivent publiquement se courber devant l´AIPAC, s´ils veulent être élus à quelconque poste ? Pelosi, Hillary Clinton, Obama, Cheney et Bush… pratiquement tous parmi eux, et bien d´autres encore, apparaissent régulièrement aux rassemblements télévisés de l´AIPAC pour réitérer l´obscénité de leur engagement solennel envers ´Israël avant tout !´ Quel rôle ce parti pris déclaré a-t-il joué dans l´adoption des USA    PATRIOT   Acts, de la carte d´identité nationale et de la législation sur le crime de penser ?

 

Toutes les organisations politiques qui représentent des nations étrangères sont obligées de s´inscrire auprès du Département d´Etat comme représentant une puissance étrangère – sauf Israël. Si l´AIPAC devait s´inscrire en tant qu´agence d´une puissance étrangère, ce qu´elle est, ses contributions aux sénateurs, aux membres du Congrès et aux candidats à n´importe quelle fonction nationale seraient tout aussi illégales que si elles provenaient de nations comme la Chine, la Russie, ou tout autre puissance étrangère qui cherche à influer sur la vie politique américaine – excepté Israël.

 

La deuxième menace à la liberté des Etats-Unis provient de l´Anti-Defamation League (ADL), qui frôle elle-même le racisme, au lieu de lutter contre les politiques racistes, ce qu´elle prétend faire.

 

Le directeur de l´Anti-Defamation League Alan Potash vient de déclarer la guerre à notre Premier amendement défendant la liberté d´expression :

 

´Le projet de loi, qui a été approuvé par le Parlement le mois dernier, octroierait aux autorités policières locales des instruments, une formation et des ressources leur permettant d´enquêter sur les crimes motivés par des partis pris et d´en poursuivre les auteurs.

 

A l´instar des actes de terrorisme, les crimes de haine peuvent blesser plus que l´individu [visé]. Ils peuvent insuffler effroi et insécurité dans une communauté tout entière.

 

L´Acte pour la prévention des crimes de haine a dernièrement passé [le barrage du] Congrès et suit à présent son chemin vers le Sénat, où il sera vraisemblablement adopté et signé par le président Obama. L´Anti-Defamation League (ADL) a été en première ligne du combat pour l´adoption de lois relatives aux crimes de haine […]

Le site Internet de la Ligue affirme que sa mission est de ´mettre un terme à la calomnie des Juifs et d´assurer la justice et un traitement juste pour tous.´ Voilà qui semble équitable, sauf que l´organisation s´est mise en quatre pour rabaisser quiconque manifesterait le moindre désaccord vis-à-vis de son programme politique. En plusieurs occasions, comme je l´ai montré, ils se sont élevés contre le droit à la liberté d´expression. La Ligue a sali, en les qualifiant d´antisémites, le Professeur John Mearsheimer pour son ouvrage critiquant le lobby israélien, et l´ancien président Jimmy Carter pour son ouvrage : La Palestine : la paix, pas l´Apartheid.

 

L´ADL prétend lutter contre la calomnie à l´encontre des Juifs, mais elle rend un très mauvais service aux Américains juifs qui croient à la liberté, d´expression notamment, en parlant en leur nom…

 

L´ADL a été créée pour empêcher les gens d´enquêter en toute légitimité sur les faits historiques relatifs à ce que les Juifs on souffert avant, pendant et après la deuxième guerre mondiale, entre autres choses. L´un de leurs intérêts clé fut de ´défendre´ la véracité des événements et les chiffres avancés, dans ce que les Nazis ont apparemment commis à l´encontre des Juifs, et des autres personnes qu´ils ont utilisées et souvent tuées, de diverses manières, lors de la Seconde Guerre mondiale.

 

Si l´histoire tend à être écrite par les vainqueurs, elle n´est pas la propriété d´un seul peuple ou d´une seule nation. […]

 

Cela fait trop longtemps que les sionistes en Israël essaient de dicter aux autres ce qu´ils doivent penser et écrire au sujet des événements passés…  Cela est également vrai de la tentative sioniste d´obtenir un statut spécial au nom de l´ ´Holocauste´. Très nombreux sont les autres peuples qui ont aussi traversé un épisode comparable à celui des Juifs et d´autres durant la Deuxième guerre mondiale. Toutefois jusqu´à ce jour, aucun de ces autres peuples n´a réussi à interdire aux savants, archéologues et chercheurs d´enquêter sur les événements des années et des décennies passées, afin de déterminer ce qui s´est véritablement passé – sauf les sionistes en Israël.

 

Les différentes tribus d´Amérique nous viennent à l´esprit, et leur presque annihilation par les conquérants européens. Le nombre de morts et de déportés, sans parler des efforts déployés pour les effacer de l´histoire, sont répertoriés depuis quatre cent ans dans une registre qui n´a pas fini de grossir… Ce qui doit prendre fin, c´est le discours de la haine prêché par l´ADL…´ "

 

Ezz Al-Arab, convient-il de noter, ignore le reste de l´article, où Kirwan pointe ses critiques vers le gouvernement américain qui aurait rendu nuls les droits constitutionnels de ses citoyens, afin de les empêcher de protester contre la politique gouvernementale. Il conclut : "Nous nous satisferons de cette partie de l´article du courageux écrivain Jim Kirwan. J´appelle le lecteur à consulter attentivement son site Internet, afin de découvrir les milliers d´atrocités qui y sont répertoriées, qui ont lieu aux Etats-Unis, leader du ´monde libre´." (2)

 

Un article publié deux fois dans Al-Wafd nie l´extermination de 6 millions de Juifs

 

Dans son article du 14 août 2009, Ezz Al-´Arab nie que 6 millions de Juifs aient été tués lors de la Deuxième guerre mondiale. Comme l´article traduit plus haut, celui-ci est principalement composé d´extraits d´écrits de Kirwan. On peut y lire :

 

"Dans son discours de juin à l´université du Caire, le président Obama a déclaré que quelques six millions de Juifs avaient péri lors de l´Holocauste juif perpétré par Hitler, et que quiconque réfute ce chiffre est un ignorant et un antisémite exhortant à la haine des Juifs… Dans l´article suivant, je souhaite mettre au défi les propos d´Obama relatifs au nombre des victimes de l´Holocauste, et lui présenter des preuves irréfutables trouvées dans les registres d´histoire occidentaux, telles que mises en ligne le 11 juin par l´écrivain Jim Kirwan :

 

  1. En 1939, ils étaient près de 15 700 000 Juifs dans le monde. Après la Deuxième guerre mondiale, ce nombre s´était élevé à 18 000 000 Juifs. Ce que cela signifie, c´est que sur les 15 000 000 qui se trouvaient à l´origine sur la planète, 6 000 000 ont été gazés, ne laissant que quelques 9 000 000 Juifs ou plus. Par la suite, la population juive mondiale a rebondi et doublé pour atteindre plus de 18 000 000 âmes en moins de neuf ans…
  2. Depuis le début, il y a eu ces six millions, dont 4 millions auraient été gazés à Auschwitz. Puis, en 1990, on a découvert que seuls un million et demi [de Juifs] ont été gazés, ce qui une différence de deux millions et demi. Et pourtant, on a conservé le chiffre magique de six millions [de Juifs]…
  3. En même temps, le directeur du musée d´Auschwitz Dr Franciszek Piper a annoncé que la prétendue chambre à gaz qui s´y trouvait avait été construite par les soviétiques APRES la guerre !´ " Izz Al-Arab commente que cela a servi une "propagande visant à assurer que le monde demeure préoccupé par les crimes nazis et en oublie les atrocités commises par les communistes soviétiques, afin que [ces derniers] absorbent autant de pays européens que possible. Il existe un enregistrement vidéo de la déclaration de Piper." Après ce commentaire, il retourne à la liste de Kirwan :
  4. "Mais il y a plus que cela. La Croix rouge internationale rapporte que moins de 300 000 internés (toutes nationalités confondues) des camps allemands sont morts de toutes causes confondues, dont de vieillesse. Parmi ceux-là, à peine plus de la moitié étaient juifs. Plusieurs sont morts de l´épidémie de typhoïde causée par les conditions de la guerre, qui a fauché plusieurs vies – dont celles de docteurs, d´infirmières et de personnel administratif des camps !
  5. Mais même ces morts étaient trop importantes pour les autorités allemandes. Le 6 décembre 1942, Heinrich Himmler, commandant en chef de toutes les structures de détention, a émis un ordre qui déclarait catégoriquement : ´Le taux de mortalité dans les camps doit être réduit à tout prix.´
  6. Dans toute l´Europe sous occupation allemande, il y avait 2.4 millions de Juifs. Après la guerre, 3.8 millions de Juifs ont réclamé au gouvernement allemand des avantages en tant que ´rescapés´.
  7. Selon le New York Times du dimanche 4 janvier 1987, le célèbre rescapé Elie Wiesel a rappelé ´le jour où les soviétiques sont entrés à Auschwitz.´ Puis, dans un discours au National Press Club de Washington D.C., rapporté par le Jewish Telegraph Agency le 11 avril 1983, il s´est souvenu d´autre chose. Il s´est souvenu qu´il était ´l´un des survivants de Dachau libéré par l´armée américaine´ le 15 avril 1945, devenant ainsi le seul prisonnier de guerre distingué pour avoir été libéré de deux camps différents lors de la Seconde guerre mondiale !
  8. Ne se laissant pas détrôner par la Fouine [jeu de mot, ´fouine´ se disant ´weasel´ en anglais], Simon Wiesenthal est mort sereinement à l´âge de 96 ans. Notons que, selon BBC News, il a survécu à 12 camps nazis ´de la mort´ – comptez-les bien !
  9. En 1948, l´histoire d´une pauvre petite juive tuée par les nazis a vu le jour. Elle a été écrite au stylo à bille ; or les stylos à bille ne sont apparus sur le marché qu´après la guerre. Ca s´appelait ´Le Journal d´Anne Frank´ !
  10. Ou commence donc le business des six millions [de morts] ? Pour le savoir, nous devons consulter Ilya Ehrenburg, principal auteur de propagande soviétique durant la Seconde guerre mondiale, mort en Israël, qui a donné naissance à ce chiffre mystérieux le 22 décembre 1944 – AVANT que des dizaines de milliers de détenus juifs, à qui l´on avait donné le choix entre être ´libérés´ par les communistes et demeurer entre les mains de leurs geôliers allemands n´hésitèrent pas à choisir la deuxième solution !...´ " (3)

 

(1)            Les extraits des écrits de Kirwan sont tirés des articles originaux en anglais.

Voir http://www.kirwanesque.com/politics/articles/2009/art72.htm; http://www.kirwanesque.com/politics/articles/2009/art76.htm.

 

(2)            Al-Wafd (Egypte), 21 août 2011.

(3)            Al-Wafd (Egypte), 21 août, 6 novembre 2009.

 

 

 

MEMRI Middle East Media Research Institute

Dépêche   Spéciale n° 4137

 

Avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah

Retour à l'accueil