Tremblay-en-France est une commune française d'environ 34 500 habitants localisée dans le nord-est du département de la Seine-Saint-Denis (93)

Le département de Seine-Saint-Denis a subi une important flux migratoire ces dernières décennies. En effet, en moins de 30 ans, certaines villes (Pierrefitte, La Courneuve, Saint-Denis, Aubervilliers, ...) ont vu leur population totalement remplacée par une population extra-européenne (berbères, arabes, asiatiques, africains sub-sahariens, indo-afghans,...).


En moins de 30 ans, la population de Saint-Denis a été remplacée par une population d'origine extra-européenne

Face à ce changement de population sans précédent dans l'Histoire de France, et pour satisfaire la forte implantation de la communauté musulmane de la ville, François Asensi, député-maire Front de Gauche de Tremblay-en-France, délaisse progressivement la classe ouvrière blanche, pour se consacrer au multiculturalisme, aux immigrés, et à la défense de l'Islam et de la cause palestinienne.
A l'instar du président de son parti Jean-Luc Mélenchon qui explique "qu'il ne peut plus survivre s'il n'y a que des blonds aux yeux bleus." ou encore que "la France n'a pas d'avenir sans les Arabes et les Berbères du Maghreb.", François Asensi porte ses préoccupations sur l'Autre, les causes extra-nationales, sous l'influence des revendications antisionistes et pro-palestiniennes des associations islamiques locales.


Le président du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon privilégie la défense des "Arabes et des Berbères du Maghreb", et délaisse la classe moyenne blanche

Dans la même ligne politique que le président de son parti, François Asensi milite activement à l'Assemblée Nationale pour la reconnaissance d'un État Palestinien et la déligitimation de l'état d'Israël :

"Le fond du problème, c'est toujours la colonisation et la violation du droit international par Israël, le peuple palestinien n'en peut plus de l'hypocrisie des occidentaux. Avec le soutien des pays européens, Israël vient d'être élu à la vice-présidence de la commission de l'ONU en charge de la décolonisation. C'est un comble. C'est une prime à la colonisation dans les territoires occupés. Comment la France a-t-elle pu donner son accord à une telle décision ?
La voie de la paix, c'est inévitablement la reconnaissance d'un état palestinien vivant en paix avec son voisin israélien dans les frontières de 1967, avec comme capitale Jérusalem-est. [...] La France va-t-elle enfin reconnaître l'État Palestinien comme s'y était engagé le candidat François Hollande ?"
[00:40]

François Asensi ne précise pas avec quel gouvernement cet état serait mis en place :celui du Fatah de Mahmoud Abbas, qui a dit explicitement qu'il ne reconnaîtrait jamais un état juif ?

Le dirigeant du Fatah Mahmoud Abbas contre la création d'un État Juif, car cela empêcherait le retour de 5 millions de réfugiés palestiniens en Israël, et donc l'impossibilité de noyauter le pays.

Ou encore sous la domination du Hamas, l'organisation terroriste dont la charte de 1988 toujours en vigueur, et ses dirigeants, rapportent explicitement qu'il faut exterminer les Juifs ?

Pour prouver sa légitimité à la communauté musulmane de la ville, François Asensi va même jusqu'à recevoir officiellement le 6 avril 2012 à la mairie de Tremblay-en-France le terroriste palestinien Salah Hamouri.


Le député-maire de Tremblay-en-France François Asensi reçoit le terroriste palestinien Salah Hamouri le 6 avril 2012

Salah Hamouri a été arrêté le 13 mars 2005, jugé et condamné par la justice d’Israëlpour avoir en sa qualité de leader d’une faction du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation classée comme terroriste par l'union européenne dont le but est la destruction d’Israël, préparé et planifié avec deux complices, un attentat terroriste, contre la personne du Grand Rabbin Ovadia Yossef, considéré contre le plus grand décisionnaire contemporain, en matière de règles concernant le judaïsme, d’envergure internationale, suivi et respecté par tous les juifs dans le monde entier. Salah Hamouri a été libéré de manière anticipée le 18 décembre 2011, dans le cadre de l’accord ayant permis la libération du jeune otage franco-israélien Guilad Shalit.

Le 28 mars 2011, c'est la consécration pour la communauté musulmane : François Asensi inaugure personnellement la Grande Mosquée de Tremblay-en-France, en présence du préfet de police Christian Lambert, et de l'algérien Abdelghani Bentrari, président de l’Union des Musulmans de Tremblay-En-France (UMTEF), la principale association islamique locale.
Ce complexe islamique de 1700 m² pouvant accueillir 2000 Fidèles a coûté près de 3 millions d'euros, permet à l'UMTEF d'endoctriner les jeunes Musulmans avec la complicité des instances municipales.


prières de rue islamiques à Tremblay-en-France

Le député-maire François Asensi (à droite sur la photo) sortant de la Mosquée de Tremblay-en-France

Avec maintenant à disposition un grand espace cultuel, quel enseignement est diffusé aux Musulmans de Tremblay-en-France ? Un Message Universel de Paix, d'Humilité, de Fraternité et de rapprochement entre les peuples ? Pas vraiment, comme on va le constater. L'UMTEF développe auprès de ses Fidèles un islam politique antisioniste revendicatif et militant. Sur son site internet officiel, l'UMTEF communique aux Fidèles son idéologie islamique en publiant un journal hebdomadaire (hard-copy). Dans son journal n°166 du 22 janvier 2009, l'organisation appelle les Musulmans à boycotter Israël.


caricatures publiées sur le journal de l'UMTEF, cherchant à démontrer que les israéliens tuent volontairement les palestiniens

Outre leurs positions politiques pro-palestiniennes et antisionistes, les responsables ont comme principal cheval de bataille contre la République Française, la lutte pour le port du voile islamique.


Publication d'une caricature dans le journal n°175 du 27 mars 2009 de l'UMTEF montrant le combat mené par l'association islamique de Tremblay-en-France (UMTEF) contre les instances de la République Française pour imposer le port du voile islamique

Dans son journal n°283 édité le 9 mars 2012, les responsables de l'UMTEF soutiennent une femme musulmane dont la demande de nationalité française a été rejetée, car elle refusait de retirer son voile islamique.

Dans la lettre de refus, la préfecture explique : "Lors de votre entretien avec mes services le 25 novembre 2011, vous avez déclaré que, portant volontairement le voile islamique depuis l'âge de 3 ans, votre choix serait dicté par la loi divine."Ce qui implique que cette femme pourrait revendiquer le port du voile islamique même sur son lieu de travail. (Vous imaginez une femme venant au bureau habillée en bonne soeur catholique ? Elle serait immédiatement renvoyée !).
La préfecture a donc refusé logiquement la demande de naturalisation en argumentant à juste titre que cela constituait "un refus d'adhésion aux principes républicains tels que la laïcité et l'égalité entre les sexes." Ce qui déchaîne l'irre de l'UMTEF : "C'est donc officiel. Selon cette préfecture, le simple port du foulard est en désaccord avec le fait même d'être français. Quid de toutes les femmes voilées françaises ? Comment peut-on nier une telle part de l'identité française ?"

L'UMTEF s'est également fermement opposée à la loi anti-nounou voilée. Dans le numéro n°276 de leur journal paru le 20 janvier 2012, les responsables de l'UMTEF félicitent les membres du collectif Cheikh Yassine pour avoir manifesté le 17 janvier 2012 devant le Sénat contre l'adoption de la loi interdisant aux nounous de porter le voile islamique. Ils publient dans leur journal, le témoignage d'une des manifestante, Oum Houdeyfa :
"On s’est donc retrouvé environ 150 personnes devant le Sénat. Nous nous sommes alignés pour montrer notre nombre et avons scander des slogans montrant que nous ne sommes pas dupes, que nous sommes une force, un nombre et que nous allons réagir. «Désinformation, diabolisation, bientôt l’inquisition» est le slogan qui a le plus interpellé les passants. Les forces de l’ordre nous ont encerclé, et l’un de leur responsable nous a dit que les sénateurs s’étaient arrêtés et ne savaient s’ils devaient reprendre la séance (au final ils l’ont fait). 
Un frère a ramené une banderole : «HITLER SERAIT FIER DE VOUS » et quelle effet elle a eu masha Allah!! Elle les a plus que déstabilisé!! Les forces de l’ordre ne savaient plus comment réagir, nous inventant des prétextes pour qu’on la retire, nous menaçant, mais les soeurs ont fait preuve d’une témérité exemplaire et ne ce sont pas laissé intimidé ! Et c’est à ce moment (après 2 ou 3h) que l’on voit les cars arriver et que la rafle a débuté. Ils ont commencé par le propriétaire de la banderole et ensuite tous les frères."

Le collectif Cheikh Yassine, auquel appartient Oum Houdeyfa, est une organisation politique de l'Islam Radical qui incite les Musulmans de France à se préparer au jihad islamique (Guerre Sainte) contre les Infidèles, les ennemis de l'Islam, qui refusent aux Musulmanes le port du voile islamique. Cette association de l’Islam politique antisioniste tire son nom du cheikh Ahmed Yassine (hard-copy 1) (hard-copy 2), le fondateur historique du mouvement Hamas, organisation classée comme terroriste par l’Union Européenne, dont le siège est situé à Gaza en Palestine.


Le collectif Cheikh Yassine a publié une vidéo de la manifestation du 17 janvier 2012 devant le Sénat, qui commence par un appel au Jihad (guerre sainte) en arabe: "Fidèles à cette Croyance nous vivons, Fidèles à elle nous mourrons, pour elle nous menons le Jihad, Fidèles à elle nous rencontrons Allah, point de Divinité autre qu'Allah."

Le collectif Cheikh Yassine organise des opérations coup de poing pour gagner de l'influence sur les Mosquées, par exemple à Drancyà Épinay-sur-Seine ou encore à Pontoise.

 

L'influence de l'UMTEF est de type totalitaire, et s'introduit dans toutes les strates sociales de la communauté musulmane, dans son journal n°284 du 16 mars 2012, l'UMTEF dicte aux Musulmans les règles du commerce :

"Combien de fois avons nous rencontré des épiceries, des restaurants, des bureaux de tabac tenus par des musulmans accomplissant la prière maisproposant à leur clients des cigarettes, des billets de loto, de l’alcool... Or comme nous le savons tous, même si il nous est interdit de consommer de l’alcool, de fumer... il nous est aussi interdit de vendre ces produits qui ne procurent que du mal !"

L'UMTEF interdit aux Musulmans de vendre des produits qui ne sont pas halal. Le tabac, l'alcool, sont mentionnés, mais le porc fait aussi parti des produits illicites à la consommation pour un Musulman. Quelle influence cela peut-il générer sur les Fidèles de Tremblay-en-France ? Une caissière Musulmane dans un supermarché Carrefour pourra-t-elle continuer de passer des bouteilles d'alcool ou des côtes de porc sur sa caisse ? Cela n'incite-t-il pas les Musulmans au repli communautaire ?

 

On constate par ailleurs que l'UMTEF est en relation avec des imams fondamentalistes, dont le sulfureux Hassan Iquioussen, venu précher à la Mosquée de Tremblay-en-France le 11 septembre 2011.


Le prédicateur antisioniste Hassan Iquioussen à la Mosquée de Tremblay-en-France le 11 septembre 2011

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine.

Le 1er octobre 2011, c'est l'imam de la Mosquée d'Aubervilliers Hassen Bounamcha qui est invité par l'UMTEF.

Dans ses conférences dispensées devant les fidèles Musulmans, Hassen Bounamcha, surnommé « l’ami Hassen », explique devant ses Fidèles à Aubervilliers, que la mixité sociale homme/femme est un vice, que la femme occidentale se comporte comme une femme sans honneur. Hassen Bounamcha tient également des propos à caractère homophobe. Il justifie également le mariage forcé à la Mosquée de Boulogne-Billancourt.

« Je n’étonnerai personne en affirmant que je suis particulièrement heureux d’inaugurer aujourd’hui la mosquée de Tremblay-en-France. [...] La ville a en effet dès le départ eu à cœur de vous permettre d’exercer votre foi dans les meilleures conditions et ça n’a pas toujours été facile. Elle vous a accompagné tout au long de votre projet, de ces travaux qui auront duré cinq ans. [...] 
Cette mosquée est le fruit des efforts de musulmans de France, respectueux des lois de la République, des autres et de la laïcité. Cette mosquée, comme d'autres qui ont vu le jour en France, s’est édifiée dans le respect du droit existant, sans entorse, ni dérogation. Je voudrais souligner ici le rôle important joué par l’UMTEF et son président M. Abdelghani Bentrari dans ce long travail de collaboration, d’échanges avec la municipalité qui a conduit à cette construction.[...]
Cette nouvelle mosquée est une illustration de la vitalité de la communauté musulmane française. Vous pouvez être fiers de cette réalisation qui inscrit votre religion, l’Islam, de manière paisible et sereine dans le paysage national.»
François Asensi, député-maire de Tremblay-en-France, extraits de son discours d'inauguration de la Mosquée le 28 mars 2011

 

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 16 novembre 2014

Retour à l'accueil