C'est le vicaire apostolique qui appelle à l'aide et qui tire le signal d'alarme sur les conséquences de la guerre à la quelle participe la France :

 

"« La situation dans les hôpitaux est tragique parce s’y trouvent encore de nombreux blessés et que le personnel ne parvient pas à suivre toutes les urgences » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Giovanni Innocenzo Martinelli, Vicaire apostolique de Tripoli, en Libye, où les combats se poursuivent autour des points d’appui demeurés aux mains des troupes demeurées fidèles à Kadhafi.

 


« On compte des blessés à l’intérieur du pays, comme à Syrte, blessés qui sont ensuite transportés à Misrata » affirme Mgr Martinelli faisant référence à l’une des villes où sont encore en cours de violents combats entre les forces du Conseil national de transition libyen et les fidèles de Kadhafi. « La même chose vaut pour les blessés de Bani Walid, qui doivent être évacués vers d’autres centres parce que dans la zone, il n’existe pas d’hôpitaux en mesure de les accueillir » poursuit le Vicaire apostolique de Tripoli. « Le pays a besoin d’assistance sous la forme de médecins, d’infirmiers et de médicaments.

 

 Je lance actuellement des appels dans toutes les directions non seulement afin que soient envoyées des aides mais également pour que les blessés les plus graves soient hospitalisés en Italie ou ailleurs » conclut Mgr Martinelli".

 

 

 

Tripoli (Agence Fides) –

Retour à l'accueil