Le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a donné une série de conseils à ses combattants contrôlant en partie le nord du Mali pour y réussir la création d'un Etat islamique, les appelant en particulier à y imposer "graduellement" la charia, selon le site spécialisé américain SITE.

Dans un enregistrement sonore de 12 minutes posté mercredi sur le site Sahara Media basé en Mauritanie, Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussaab Abdelouadoud, "félicite" ses combattants pour la "victoire historique" remportée dans le nord du Mali, qu'Aqmi contrôle avec d'autres groupes armés depuis fin mars. Il les exhorte cependant à ne pas rater l'occasion de créer un Etat islamique dans cette région, leur donnant huit conseils afin d'y parvenir.

Parmi ceux-ci, ne pas faire preuve de "vanité" et appliquer la charia (loi islamique) "graduellement". "L'imposition de la charia ne doit pas seulement être limitée à la juste punition des gens, c'est beaucoup plus large que cela", dit-il, ajoutant: "Sachez que c'est une erreur d'imposer toutes les règles de l'islam d'un seul coup". Droukdel, un Algérien, estime en revanche que fermer "les lieux de drogues, d'alcool et d'immoralité" peut être fait "sans délai". Il conseille en outre à ses "frères" d'apporter "la sécurité" aux populations des villes contrôlées (Tombouctou, Gao et Kidal) et de leur fournir les "services essentiels que sont la santé, la nourriture, l'eau, l'électricité, le gaz et le carburant".

A l'égard de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), mouvement laïc également présent dans le Nord, il préconise "d'éviter les provocations", invite Aqmi "à coopérer pour établir des règles communes, rejeter les conflits qui ne sont dans l'intérêt" de personne. A l'égard du mouvement islamiste Ansar Dine (Défenseurs de l'islam, en arabe), prépondérant dans la région grâce au soutien d'Aqmi, il conseille à ses militants de le laisser appliquer le "projet d'imposition de la charia" dans la "région de l'Azawad", le nord du Mali, et de s'occuper de leurs propres "activités de jihad (guerre sainte) global" sur la "terre du Maghreb islamique".

Aqmi, qui a ses racines en Algérie, possède des bases dans le nord du Mali, d'où elle opère dans d'autres pays de la bande sahélo-saharienne, en particulier le Niger et la Mauritanie.

 

Copyright © 2012 AFP.

Retour à l'accueil