Dialogue à la Marseillaise

Marseille, le pont entre les deux rives de la Méditerranée.

Marseille, ville cosmopolite par excellence, est heureuse d'accueillir depuis 3 ans le salon littéraire "Écritures Méditerranéennes".

Et Jean-Claude Gaudin de s’extasier sur le rôle de Marseille, par excellence « carrefour du dialogue en Méditerranée».

Ce salon, ECRIMED, est censé permettre à des écrivains venus des rives de la Grande Bleue de se rencontrer, de dialoguer. Quelle belle idée !

Presqu'aussi belle que l'Union pour la Méditerranée (dite UPM) pour les intimes, initiative quasiment morte.

Pour la petite histoire, il faut savoir que, lors d’une précédente édition de ce "colloque", les auteurs palestiniens avaient boycotté la rencontre du fait de la présence d’Israéliens.

Cette année, un des invités d’honneur d’une table ronde, Najwan Darwish, avait accepté de participer à une table ronde à la condition expresse qu’il ne soit pas assis à côté d’un Israélien. Car il y en avait un, Moshe Sakal.

Peur d’être contaminé, sans doute !

Gérard Fredj, pour Israël Infos rapporte : « Moshe Sakal a pour sa part été surpris d'entendre Darwish l'accuser "de l'avoir expulsé de sa terre" et "comme les juifs des pays arabes, de haïr particulièrement les palestiniens" ».

Depuis des années, tant de démonstrations sont venues polluer les Salons du Livre dans lequel les espaces israéliens sont saccagés, festivals de cinéma (réseau Utopia), de théâtre, manifestations culturelles ou sont censés s’exprimer les plus beaux esprits et qui censurent les israéliens, des Juifs…

Car c'est une certitude, pour notre auteur palestinien, dans les pays arabes, ce sont les Juifs qui haïssent les Arabes, et non le contraire. Du moins les quelques Juifs qui restent, les autres ont été chassés, massacrés, anéantis.

Qui a jamais cru qu’être intellectuel protégeait de la haine et de la stupidité ?

Les officiers nazis qui jouaient du Mendelssohn devant les chambres à gaz étaient de fins lettrés, eux aussi.

Monsieur Jean-Claude Gaudin, dont la municipalité finance en partie ce colloque, pourra sans doute expliquer en quoi sa ville a été l’occasion d’un dialogue renouvelé.

Monsieur Pierre Assouline était l’animateur de ces tables rondes. Nous verrons s’il revient dans son blog « La République des Lettres » sur cet épisode navrant. Mais cet homme, qui a, au demeurant, fait à de multiples reprises, la preuve de son impartialité, nul doute que nous saurons, une jour, ce qui s'est réellement passé.

Les participants à ce Salon des écrivains venaient de plusieurs pays, dont la Syrie, la Palestine, la Libye, le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, le Liban, la Turquie.

Autant de pays exemplaires en ce qui concerne les minorités religieuses, le droit des femmes, le sort des intellectuels et le fonctionnement démocratique, même après le passage du fameux Printemps arabe.

Marseille sera, en 2013, capitale européenne de la culture. A cette occasion, les travaux ne cessent de transformer la ville.

L’animation de cette année de fête a été confiée, sur appel d’offres bien évidemment, à un cabinet spécialisé.

Mais il se murmure depuis plusieurs mois dans le milieu artistique local, que ce cabinet tient fort peu compte de l’avis des acteurs marseillais de la culture pour l'organisation de cette gigantesque manifestation.

Médisances, certainement !

Marseille 2013, prochaine capitale européenne de la culture et l’on bannit un écrivain israélien.

Pas à dire, c’est bien parti.

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.primo-info.eu

Retour à l'accueil