Déni: il n'y a jamais eu de piscines réservées aux musulmanes à Lille

 

 
Révisionnisme: Ce n'est pas moi, c'est Pierre Mauroy. Ce n'était pas pour les musulmanes, mais pour les femmes obèses. Et c'est terminé depuis quatre ans.
Telle est en substance la version aboutie de la maire de Lille, l'inénarrable Brochen-Aubry, l'autre matin sur ...France Inter, après tant d'années, en réponse à la droite qui lui reproche de réserver la piscine municipale lilloise à des musulmanes pour les soustraire au regard concupiscent des hommes. Pensait-elle au lubrique DSK, en route pour l'hôtel Carlton ?
La patronne socialiste reconnaît avoir créé un ghetto de femmes obèses

La droite lui reproche de privatiser des locaux municipaux

Elle "réserve des horaires de piscine pour les femmes musulmanes" et son opposition a pu constater sur place.
Nadine Morano osa s'indigner aussi en juillet dernier. Nicolas Sarkozy en campagne pour sa réélection mentionne cette bizarrerie sexiste en meeting. Alors Martine Aubry a voulu tordre le coup [sic !] aux faits, ce mardi matin sur ... France Inter.

La patronne du PS discrimine les femmes

"J’ai expliqué pourquoi Pierre Mauroy avait autorisé cette heure. C’était quoi ? C’était des femmes obèses qui ne faisaient pas de mouvements ni de gymnastique.
Alors il y a une partie de femmes d’origine maghrébine, je ne sais pas pourquoi on dit “musulmanes”. C’est comme l’apparence d’hier de monsieur Sarkozy.

Parce que dans ce quartier, il y a des personnes d’origine maghrébine comme il y a des françaises. Voila."
En somme, les Maghrébines, selon la Ch'tite Brochen-Aubry, ne sont pas des Françaises ?

Convaincu(es) ?
Il est interdit de douter, sous peine de poursuites légales...
Petit rappel : un échange lors d’un conseil municipal de juin 2003 à Lille, rapporté par le très officiel site « Mairie-Info ».

Interpellée par un élu UMP, « la maire de Lille, Martine Aubry, a justifié lundi en conseil municipal l’attribution d’une heure hebdomadaire réservée aux musulmanes à la piscine de Lille-Sud comme étant « l’occasion pour certaines d’entre elles de s’émanciper ». » « Faisons un petit détour (de nos principes républicains) pour que ces femmes gagnent et acquièrent leur émancipation », a expliqué Mme Aubry, rappelant qu’il s’agissait de leur part d’ »une demande constante d’un lieu pour se retrouver entre elles pour discuter ». »

Donc c’est très clair : il s’agit bien d’horaires réservés aux femmes musulmanes et à elles seules, de l’aveu même de Martine Aubry.

 
 

 

Retour à l'accueil