La folie du pouvoir va bientôt enflammer le pays.

 C’est l’heure du retour de flamme. Dans sa course folle à vouloir anéantir Birame alors que son geste suffisait largement à en faire un paria, le pouvoir a voulu en faire une affaire d’Etat, une affaire religieuse car il s’agirait d’atteinte aux valeurs de l’islam. Aujourd’hui, vendredi, l’imam Mohamed Lemine de la mosquée de Chouvara à Nouakchott est allé jusqu’à dire que « Biram et ses fidèles (…) sont des Satan, des criminels qui, si rien n’est fait pour les arrêter, brûleront aussi le Coran, les oulémas (savants religieux, ndlr) et tout le pays. Ils n’épargneront personne, sauf ceux qui suivront leur voie tortueuse. »

Sans parler de l’imam des tyrans qui vient de piéger Aziz car comme l’hypocrisie, le fanatisme avance à petits pas sans jamais reculer en profitant toujours de l’occasion qui fait le larron, nous apprend l’ANI : » Dans son sermon de ce vendredi, l’imam De la grande mosquée de Nouakchott, dite mosquée saoudienne, Ahmedou Ould Lemrabott Ould Habibou Rahmane a prôné une reforme de la constitution de la Mauritanie pour en « discipliner » certaines dispositions et ce conforment aux dernières déclarations du président de la république Mohamed Oud Abdel Aziz relative qui placent l’Islam au dessus de toutes les considérations.
Cette opinion de l’Imam a été exprimé au cours du premier vendredi après celui où a eu lieu l’autodafé des livres islamiques par l’IRA ayant suscité une vague de contestation dans tout le pays. »

De même, la TVM, toutes les radios vont dans le sens de l’excès pendant que le pouvoir jubile en recevant quiconque se plaint de Birame. L’Agence Mauritanienne d’Information publie les premières dépêches venant de la maison de la Fatwa égyptienne afin d’en provoquer d’autres à l’étranger…

Hélas, le pouvoir ne pouvait imaginer que parmi tous les oulémas qui ont gardé un silence coupable, il s’en est trouvé un pour dire seul son « J’accuse » en démontrant au pauvre peuple ignorant que nous sommes que les ouvrages incinérés ne sont absolument pas sacrés pour les musulmans !

C’est très grave : d’un côté des oulémas qui se taisent et laissent faire la propagande criminelle du pouvoir et de l’autre un Cheikh Ahmed ElHady qui explique en quoi tout cet autodafé n’est rien de sérieux ! Sans un arabisant qui a traduit son texte, une grande partie du pays n’en saurait rien ! Même les étrangers allaient croire à la propagande du pouvoir.

N’est-ce pas la preuve qu’on veut tuer Birame car c’est une véritable condamnation à mort publique même s’il sort de prison !

Mais le pire arrive, car sitôt que les informations ont pu circuler, les défenseurs de Birame ont compris qu’il n’a pas fait de blasphème et qu’il est donc parfaitement défendable ce qui prouve que le pouvoir et le silence des autres oulémas est un appel à en finir avec Birame mort ou vif pour d’autres raisons que son geste ! Ces raisons c’est que l’exemple du Hartani qui veut renverser la table de la domination doit être maté pour l’exemple !

Que se passera-t-il demain quand les défenseurs de Birame feront face au peuple fanatisé par le pouvoir ? Attendez-vous à un bain de sang dont personne ne pourra prévoir l’issue car si les négro-mauritaniens ont pu être matés par le bras haratine, la cause haratine même extrême ne pourra pas être matée de la sorte !

Après le bain de sang de quelques agitateurs au parfum des manigances du pouvoir, il faudra trouver les vrais commanditaires du crime or il y en aura que trois : le pouvoir, la C.O.D et l’élite qui aboie avec les loups !

L’Islam dans cette affaire est sali par la politique où le pouvoir est aussi coupable que Birame sinon plus en voulant le condamner à mort alors que Birame n’a jamais tué personne ni appeler au meurtre !

Iront-ils après le bain de sang juqu’à dire que tout ça c’est à cause de Birame ?

Ils en sont bien capables !

Not in my name !

Dieu suffit comme témoin !

Vlane.aosa

 

Source : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mauritanie-c-est-parti-bientot-un-116190

http://blog.sami-aldeeb.com/2012/05/07/mauritanie-cest-parti-bientot-un-bain-de-sang/

Retour à l'accueil