Le Directeur de MEMRI du projet de recherche sur les réformistes, Mansour Al-Hadj, justifie la fermeture des pages Facebook du Hezbollah et des Talibans sur les ondes saoudiennes

Voir les extraits sous-titrés en anglais sur MEMRI-TV : http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/3681.htm

Ci-dessous des extraits d´un reportage de ​​Sky News Arabia sur les organisations terroristes actives sur Facebook, diffusé le 14 décembre 2012 :

Reporter : Facebook a fermé les pages du Hezbollah et des Talibans, et justifié cette mesure en fichant les deux groupes dans la catégorie terroristes. Quelques sites web de réseaux sociaux, basés aux Etats-Unis, tentent de se soustraire aux sanctions du gouvernement américain, qui a mis en garde contre toute implication dans tout groupe qu’ils définissent comme « terroriste ». Certains affirment qu´il s´agit d´une violation de la liberté de pensée et de la liberté d´expression sur Internet. La plupart des grands réseaux sociaux, tels que Facebook et Twitter, sont ouverts à tous.

Guy Stanley, spécialiste des réseaux sociaux en ligne : La majorité des grands réseaux sociaux, tels que Facebook et Twitter, sont ouverts à tous. Vous ne pouvez pas punir des sociétés à cause des utilisateurs de leurs sites. Je ne pense pas que le gouvernement américain ait le droit d´empêcher quiconque d´exprimer son opinion. Cette décision traite les Américains comme des enfants, en leur disant ce qu´ils peuvent et ne peuvent pas écouter.

Reporter : Sky News Arabia a tenté de contacter Facebook, qui a répondu par e-mail : Facebook a un règlement contre la propagation des discours de haine et de l’incitation au terrorisme, et dispose d’un département consacré à la lutte contre ce phénomène. Une étude montre que 90 % des activités de certains groupes extrémistes s’opèrent par l´intermédiaire de sites de réseaux sociaux. Comment les réseaux sociaux peuvent-ils réagir face à de telles organisations, et ont-ils le droit de fermer leurs pages ?

Le Directeur de MEMRI du projet de recherche sur les réformistes, Mansour Al-Hadj : Les réseaux sociaux imposent certaines règles, et si le contenu enfreint ces règles, ils sont en droit de fermer ces pages. On a des sites américains qui, par exemple, appellent au boycott des produits américains. Pour eux la fin justifie les moyens.
[...]

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Retour à l'accueil