Quand le terroriste El Khalifi a voulu faire exploser le Capitole américain en février 2012, les médias Us ont parlé d'un marocain mais ont refusé de dire qu'il était musulman. Un haut fonctionnaire du département Us de la justice a considéré El Khalifi, admirateur d'Al-Qaïda, comme un extrémiste violent né au Usa. Là encore, aucune référence à l'islam radical.
Alors que les Etats-Unis et le monde occidental sont gravement menacés par l'islam; les médias, les politiques et les universitaires Us refusent d'en parler à cause du politiquement correct.
Mais les choses changent, le peuple américain a compris qu'on lui mentait et qu'il est temps de réagir pour combattre l'extrémisme des musulmans.
 
Publié le 22 avril 2012 par
Retour à l'accueil