Après le déploiement des troupes françaises au Mali et le début des frappes aériennes françaises pour endiguer la propagation des forces djihadistes dans le pays, le porte-parole des groupes djihadistes postés à Azawad (nord du Mali) et en Afrique du Nord a menacé d´attaquer la France et ses citoyens.

 

Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a dénoncé l´intervention de la France dans une vidéo publiée par l´agence de nouvelles Sahara Media (saharamedias.net). Dans la vidéo, le porte-parole de l´"Émirat du Sahara" d´AQMI, ´Abdallah Al-Shinqiti, appelle l´initiative française "une intervention de Croisés visant à étouffer le projet islamique malien dans l´œuf", et met en garde les Français : "Tout dépend encore de vous. Vous devez cesser vos actions diaboliques contre nous et maîtriser vos sots, sinon vous creuserez les tombes de vos fils de vos propres mains et les enverrez en enfer."

 

Al-Shinqiti exhorte les musulmans en Mauritanie, au Mali, au Niger, en Libye, en Tunisie, en Algérie et ailleurs à venir en aide aux Maliens.

Dans un entretien pour le quotidien algérien Al-Shurouq, le porte-parole du groupe djihadiste Azawadi Ansar Al-Din a promis de "transformer le nord du Mali en cimetière pour les envahisseurs", et a averti : "L´Algérie a sacrifié 1,5 million de martyrs [dans sa guerre d´indépendance contre la France], et nous sommes prêts à sacrifier trois millions de martyrs. Notre volonté de mourir, voilà ce qui manque [aux Français]. Ils ne veulent que vivre et tuer des innocents. Nos capacités militaires sont considérables. Nous avons réussi à amasser une grande quantité d´armes et d´explosifs. Dans la ville de Kidal seule, il y a plusieurs tonnes de munitions, ainsi qu´à Tombouctou..."

 

Le porte-parole a exhorté les "frères dans le monde islamique, et en particulier les Algériens, à venir en aide à leurs frères du Mali et à défendre leur religion, puisque cette guerre vise [Azawad, qui est] le portail de l´Algérie". 

 

 

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Retour à l'accueil