L’affaire s’est déroulée mardi dernier et s’est soldée par une victoire – temporaire ? – des chrétiens égyptiens.

Le Monastère de la Vierge et de Saint-Jean le Bien-Aimé, construit en 2002, est situé sur la Route du Désert qui va du Caire à Ismaïla, à une centaine de km à l’Est de la capitale égyptienne. Il est placé sous l’autorité directe de Sa Sainteté Abba Shenouda III, pape d’Alexandrie. Pour protéger ce monastère des visites importunes et des malfaisants, l’autorité ecclésiastique a fait édifier, avec permission de l’autorité, une clôture qui fut donc illégalement démolie par l’armée le 4 avril 2011. Les responsables ecclésiastiques ayant émis une plainte contre cette action illégale, les autorités égyptiennes présentèrent le lendemain leurs excuses prétendant qu’elles avaient pensé qu’il s’agissait de la clôture d’une ferme… Ces mêmes autorités – la bureaucratie est familière de ce genre de choses… – ont toutefois fait savoir que les forces armées viendraient démolir la nouvelle clôture mardi matin dernier. Fortes de leur bon droit et craignant un nouveau massacre – tout le monde copte garde en mémoire la tuerie de la place Maspero –, les responsables du monastère ont sonné l’alerte et quand les forces armées et leur matériel de démolition sont arrivés sur place, elles ont trouvé une grande foule de coptes, prêtres, moines, diacres – vêtus de blanc comme pour la Messe (voir photo) – et laïcs, rassemblée devant le monastère, brandissant les croix, priant et chantant des hymnes. Les forces armées ont donc rebroussé chemin… Mais les coptes n’en sont pas pour autant soulagés, ils s’imaginent que les forces armées pourraient revenir sans prévenir pour se livrer à cette démolition illégale… C’est pourquoi, une vingtaine d’entre eux ont décidé de rester sur place. Au cas où… L’armée est coutumière de ce genre de raids. Le monastère de St. Bishoy (Wadi el-Natroun) avait aussi été attaqué en février de cette année, toujours pour des questions de clôture, et ouvert le feu sur les moines et les visiteurs, blessant deux religieux et six ouvriers (voyez la vidéo ci-dessous).

 

 

 

 

 

 

Sources : Assyrian International News Agency /Observatoire de la christianophobie

Retour à l'accueil